/sports/golf
Navigation

Aventure hivernale

L’entraîneur Fred Colgan supervise une vingtaine de jeunes sur les allées de la Floride

Coup d'oeil sur cet article

PONTE VEDRA BEACH | Depuis 10 ans, Fred Colgan s’exile dans le sud des États-Unis avec un imposant groupe de jeunes golfeurs. Cette fois, ils se sont installés au PGA Village dans la région de Port St. Lucie, en Floride. Une bonne façon de fuir le rude hiver québécois.

Dans cette aventure d’une dizaine de semaines, les jeunes golfeurs âgés de 12 à 19 ans se promènent dans différents clubs de golf de la région. L’objectif est limpide. Ils doivent progresser afin de revenir au Québec fin prêts pour le début de la saison de compétitions. La saison prendra son envol au début de mai avec l’Omnium junior du Québec.


«Ils doivent sortir plus souvent durant l’année. L’hiver, au Québec, ils ne doivent pas toujours rester à l’intérieur. Ils doivent s’exécuter sur du gazon. C’est aussi une question d’équilibre. Si nous étions ici plus de trois mois, ce serait trop», a expliqué Colgan lorsque le représentant du «Journal de Montréal» est allé à sa rencontre au club de golf Fairwinds, sur la route menant à Ponte Vedra Beach. Au Québec, celui-ci dirige son Académie dans la capitale nationale.

On voit de jeunes golfeurs québécois qui profitent des conseils de M.Colgan.
Photo François-David Rouleau
On voit de jeunes golfeurs québécois qui profitent des conseils de M.Colgan.

Avec cette expérience floridienne, Colgan voit des résultats probants. Entouré des pros Marc-Étienne Bussières et Matthieu Blouin, l’entraîneur de 47 ans examine toutes les facettes du jeu. Le temps est optimisé. Différents ateliers sont organisés à l’entraînement. Les golfeurs mettent ensuite les apprentissages à exécution sur le parcours.

Même si les parcours de golf sont nombreux en Floride, ce n’est pas aussi évident de trouver un endroit accueillant. Les clubs ont augmenté les tarifs au fil des dernières années, ce qui réduit les options.

À certains moments durant l’hiver, Colgan doit gérer près de 70 jeunes.

Autonomie à trouver

En demeurant en groupe dans des condominiums durant plusieurs semaines, les jeunes apprennent également l’autonomie et les réalités de la vie quotidienne. Le souper n’apparaît pas par miracle sur la table et les tâches ménagères ne sont pas assurées par maman ou papa.

«La vie en communauté, c’est différent. Nous sommes sept dans mon condo. Je n’avais jamais vécu ça auparavant. C’est différent de la vie à la maison, a souligné Béatrice Labbé, 14 ans, qui est tout de même accompagnée de sa grande sœur Élizabeth. Il faut apprendre à développer son autonomie.»

Et en fuyant le rude hiver québécois, les jeunes n’oublient pas pour autant leur cheminement scolaire. «Il n’y a pas que le golf, ici, ils doivent prioriser les études. Ils sont inscrits au programme sports-études. Cette semaine, ils seront en classe durant 22 heures bien chronométrées, a assuré Colgan. Nos installations leur permettent d’étudier sans problème.»

Avant de rentrer au Québec, vers la fin avril, le groupe prendra la route de la Caroline du Nord où il utilisera les installations des Camels de l’Université Campbell, l’alma mater de Colgan.