/news/currentevents
Navigation

Policier de la SQ choqué de se retrouver en prison

Il a été reconnu coupable d’une fraude de 42 000$

Un policier de la SQ, Nicolas Landry, qu’on voit ici lors des observations sur la peine en janvier dernier, au palais de justice de Montréal, a pris le chemin des cellules, jeudi.
Photo d'archives, Chantal Poirier Un policier de la SQ, Nicolas Landry, qu’on voit ici lors des observations sur la peine en janvier dernier, au palais de justice de Montréal, a pris le chemin des cellules, jeudi.

Coup d'oeil sur cet article

Un policier de la Sûreté du Québec coupable d’avoir fraudé son employeur pour demeurer en invalidité jusqu’à sa retraite était complètement abasourdi lorsqu’il a été condamné à six mois de prison, jeudi.

« Incroyable », a laissé tomber Nicolas Landry au moment où il a été menotté par un constable spécial du palais de justice de Montréal.

Le policier de la Sûreté du Québec (SQ) a tenté en vain d’avoir un sursis d’une semaine pour des raisons personnelles, mais le juge André Perreault a refusé, sans même entendre ses explications.

« Même si j’étais sympathique à sa cause, ça ne justifierait pas que j’aie le pouvoir de ne pas l’envoyer en détention une fois la peine [de six mois de prison] prononcée », a tranché le magistrat.

Le fraudeur bougeait alors la tête de gauche à droite en signe de désapprobation.

Landry était visiblement contrarié de ne pas avoir l’opportunité de s’exprimer avant de prendre le chemin des cellules.

« J’peux-tu parler ou ç’a l’air que... », a-t-il dit sèchement lorsque la greffière lui a demandé son adresse pour l’inscrire au dossier de cour.

Fraude de 42 000 $

L’homme de 43 ans a été reconnu coupable de fraude de plus de 5000 $ en octobre.

La fraude, d’un montant de 42 000 $, a été commise entre mai et novembre 2014 alors que le policier comptant 13 ans d’expérience était en congé de maladie.

Il n’exerçait plus ses fonctions de sergent des crimes majeurs depuis 2009, car il avait reçu un diagnostic de dépression majeure.

« Il a dit au médecin n’avoir plus d’énergie, être passif, impatient, qu’il ne passait pas de bonnes journées », a souligné le juge lors du verdict.

Pendant la même période, Landry s’impliquait toutefois activement dans la gestion d’agences de voyages détenues par son père et sa conjointe, selon ce qui a été rapporté au procès qui s’est tenu en août.

Landry a donc menti et omis de mentionner des faits à ses médecins pour demeurer en congé de maladie et ultimement être déclaré inapte au travail de façon permanente.

Cela lui aurait assuré un plein salaire jusqu’à sa retraite en 2026, sans remettre les pieds dans un poste de police. Une collègue l’a toutefois dénoncé à son employeur.

Suspendu sans solde

La Couronne réclamait un an de détention, alors que la défense suggérait des travaux communautaires et un remboursement, en guise de sentence.

« Le Tribunal a la conviction [...] que l’amende n’est pas une sanction juste en l’espèce et que l’ensemble des circonstances ne justifie pas d’imposer ce type de sanction moins contraignante... », a statué jeudi le juge Perreault.


► Nicolas Landry est suspendu à demi-solde depuis sa condamnation, qu’il a portée en appel. Il risque la destitution de la SQ.