/investigations
Navigation

Les ex-patrons de l’UPAC et de la SQ visés par les enquêteurs

Robert Lafrenière et Martin Prud’homme auraient eu des communications inappropriées au cours d’une enquête

Les ex-patrons de l’UPAC et de la SQ visés par les enquêteurs

Coup d'oeil sur cet article

 L’ancien patron de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) Robert Lafrenière est lui-même ciblé par l’enquête sur les fuites d’informations confidentielles au sein de sa propre organisation, après que son ancien bras droit s’est mis à table, a appris notre Bureau d’enquête. 

 C’est dans la foulée de cette enquête que le directeur de la Sûreté du Québec (SQ), Martin Prud’homme, a été suspendu la semaine dernière par le gouvernement du Québec, selon nos informations. 

 Au cours des derniers jours, plusieurs sources nous ont permis de faire la lumière sur les raisons à l’origine des enquêtes sur les deux hommes :  

  •  Robert Lafrenière est sous la loupe des enquêteurs pour la façon dont il a mené le Projet A (l’enquête qu’il a commandée en 2017 pour découvrir qui, au sein de son organisation, aurait coulé des informations à des journalistes sur des enquêtes en cours). 
  •  Les enquêteurs soupçonnent M. Lafrenière d’avoir lui-même été impliqué dans du coulage d’informations aux médias. 
  •  De plus, les enquêteurs croient que M. Lafrenière et M. Prud’homme auraient eu des communications inappropriées au cours de cette enquête, ce qui a mené à la suspension de celui-ci.  

 En plus d’avoir été au même moment deux des plus hauts gradés de la police au Québec, les deux hommes ont des liens familiaux. Martin Prud’homme est le gendre de Robert Lafrenière. 

Martin Prud’homme, Directeur de la SQ, Suspendu le 6 mars 2019. Il avait été surnommé « super flic » ou « super-cop » après avoir été envoyé faire le ménage à la police de Montréal en décembre 2017.
Photo Chantal Poirier
Martin Prud’homme, Directeur de la SQ, Suspendu le 6 mars 2019. Il avait été surnommé « super flic » ou « super-cop » après avoir été envoyé faire le ménage à la police de Montréal en décembre 2017.

 Inconfort à l’UPAC 

 Les événements se précipitent à partir de la fin septembre 2018 lorsqu’André Boulanger, le bras droit du commissaire Lafrenière et directeur des opérations de l’UPAC, décide de déballer son sac au sujet de son ancien patron lors d’une rencontre avec des représentants du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). 

 L’ex-numéro deux de l’UPAC y va d’allégations qui mettent dans l’embarras Robert Lafrenière, qui a démissionné sans trop d’explications le jour de l’élection provinciale, le 1er octobre dernier. 

 M. Boulanger avait œuvré à l’enquête Projet A, déclenchée par le commissaire Lafrenière et qui avait pour thèse que quatre personnes (dont le député Guy Ouellette) pouvaient être impliquées dans les fuites aux médias. 

André Boulanger, Ex-directeur des opérations à l’UPAC, Suspendu le 6 mars 2019. C’est lui qui avait nié que Guy Ouellette avait été piégé lors de son arrestation en octobre 2017, préférant parler d’un « appât ».
Photo Chantal Poirier
André Boulanger, Ex-directeur des opérations à l’UPAC, Suspendu le 6 mars 2019. C’est lui qui avait nié que Guy Ouellette avait été piégé lors de son arrestation en octobre 2017, préférant parler d’un « appât ».

 M. Ouellette, lui-même un ex-policier, a été arrêté après avoir été piégé par un enquêteur en octobre 2017. Il n’a jamais été accusé. 

 En cours d’enquête, M. Ouellette avait fait l’objet de surveillance ayant mené à une rocambolesque poursuite sur l’autoroute par nul autre que... André Boulanger. 

 Le DG de la SQ Martin Prud’homme avait lui-même été rencontré à deux reprises dans le cadre de cette enquête à titre de « témoin », par des policiers de la Gendarmerie royale du Canada. 

 Il avait alors affirmé que bien qu’il était le gendre de Robert Lafrenière, il ne discutait pas avec lui des dossiers de l’UPAC. 

Robert Lafrenière, Ex-commissaire à la lutte contre la corruption a démissionné le 1er octobre 2018. Plusieurs médias, dont La Presse et 
Le Devoir, l’ont comparé à un véritable Eliott Ness, 
le célèbre enquêteur américain qui contribua à la chute d’Al Capone.
Photo Agence QMI, Simon Clark
Robert Lafrenière, Ex-commissaire à la lutte contre la corruption a démissionné le 1er octobre 2018. Plusieurs médias, dont La Presse et Le Devoir, l’ont comparé à un véritable Eliott Ness, le célèbre enquêteur américain qui contribua à la chute d’Al Capone.

 « Rien à dire » 

 Joint hier au téléphone, Robert Lafrenière n’a rien confirmé. 

 « Je n’ai aucune idée de ça », a-t-il déclaré lorsque nous lui avons demandé s’il était au courant des allégations dont il faisait l’objet. « Je n’ai rien à dire sur cette enquête-là. Évidemment, on les laisse enquêter », a-t-il ajouté. 

 André Boulanger et une haute gradée de l’UPAC, Caroline Grenier-Lafontaine, ont aussi été suspendus dans le cadre de l’enquête que mène le Bureau des enquêtes indépendantes depuis octobre.  

 ► Vous détenez des informations ou des documents qui méritent d’être rendus publics ? Contactez-moi en toute confidentialité au jean-louis.fortin@quebecormedia.com  

 Ce que Martin Prud’homme a déclaré aux enquêteurs à propos de Robert Lafrenière, le 17 octobre 2017 

Les ex-patrons de l’UPAC et de la SQ visés par les enquêteurs
Photo courtoisie

 L’ex-bras droit se met à table 

 Fin septembre 2018 

 L’ex-bras droit de Robert Lafrenière André Boulanger rencontre le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) pour se vider le cœur. Il fournit des informations potentiellement embarrassantes pour M. Lafrenière concernant la manière dont avait été mené le Projet A sur les fuites dans les médias. 

 28 septembre 2018 

 Le DPCP accepte de remettre le matériel perquisitionné dans le cadre de l’arrestation de Guy Ouellette pendant le Projet A, affirmant que de « nouvelles informations » ont été portées à son attention. 

 1er octobre 2018 

 Le jour de l’élection générale, Robert Lafrenière démissionne par surprise. Il ne s’est jamais vraiment expliqué depuis sur les raisons de son départ. 

 25 octobre 2018 

 À la demande du DPCP, le nouveau gouvernement Legault mandate le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) pour prendre en charge l’enquête sur les fuites et se pencher sur « la conduite » du Projet A. 

 Février 2019 

 Marie-Hélène Poulin, une chef d’équipe à l’UPAC, est rencontrée par des enquêteurs du BEI. À la suite de cette rencontre, les policiers du BEI croient que le directeur de la SQ, Martin Prud’homme, et Robert Lafrenière auraient eu des communications inappropriées pendant l’enquête Projet A. 

 Ils croient également que M. Lafrenière aurait lui-même été impliqué dans du coulage d’information aux médias. 

 Plusieurs méthodes de surveillance sophistiquées sont alors déployées. 

 5 mars 2019 

 La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault est informée d’une « allégation relative à des infractions criminelles » concernant Martin Prud’homme. 

 6 mars 2019 

 Martin Prud’homme est rencontré par des représentants du ministère et suspendu de ses fonctions. À ce jour, il n’a pas été accusé.