/opinion/columnists
Navigation

Sauvé par son cellulaire

Coup d'oeil sur cet article

C’est probablement mercredi en Australie que le téléphone cellulaire a atteint son apogée d’utilité. L’histoire se passe dans le petit village de Nimbin au cœur de ce grand pays où un homme de 43 ans rentre tout normalement chez lui.

Alors qu’il descend de voiture devant la maison, il aperçoit un voisin en train d’étirer son arc et pointant la flèche vers lui.

La situation est assez bizarre et l’homme visé décide de photographier l’archer menaçant.

Comme on le fait tous, il place son cellulaire devant son visage avant de peser sur le piton et, que voit-il apparaître soudainement ?

La pointe de la flèche. Oui, l’autre craqué a tiré et la flèche a transpercé le portable avant de causer une toute petite coupure au menton de la victime.

BUZZANT

Déjà cette histoire peut paraître invraisemblable, mais il faut savoir qu’en plus, après avoir été arrêté par la police, le tireur a tout bonnement été relâché moyennant une caution et passera en cour à la mi-avril.

Est-il utile de préciser que Nimbin est un village connu en Australie pour être la capitale nationale du cannabis ?

Ils en fument du bon.

Il y a cinq ans, une histoire semblable est survenue à Dayton en Ohio alors qu’un chauffeur d’autobus avait eu la vie sauve même si des voyous lui avaient tiré une balle au cœur.

Le chauffeur avait une petite bible dans sa poche de chemise et la balle ne l’a jamais traversée.

Quelle religion a une bible qui entre dans une poche de chemise ?

PATATI

  • Boeing interdit de vol, mais pas encore dans les restos de l’aéroport.
  • Le déneigeur arrêté pour état d’ivresse tient à s’excuser pour la piste 7 du Mont-Orford.
  • À la cour comme à la cuisine, si l’avocat n’est pas cru, il est cuit.
  • Un gag épicé est une boutade forte.
  • Méfiez-vous des chiots. Ce sont des enfants de chiennes.

À DEMAIN

Quand je pense que demain, ce sera samedi et toute la journée en plus.