/investigations/police
Navigation

[VIDÉO] Fuites d’informations confidentielles: Robert Lafrenière refuse de commenter

Coup d'oeil sur cet article

 Rencontré par TVA Nouvelles cet après-midi, l’ancien patron de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) Robert Lafrenière, ciblé par une enquête sur des fuites d’informations confidentielles, n’a pas voulu commenter les dernières informations de notre Bureau d’enquête. 

 «Je ne ferai aucun commentaire, c’est ma position, je pense que vous la comprenez bien», a-t-il dit au journaliste de TVA Nouvelles Yves Poirier.  

 Impossible, donc, d’en savoir plus de sa part sur ce dossier. 

 Rappel des faits  

 C’est dans la foulée de cette enquête que le directeur de la Sûreté du Québec (SQ), Martin Prud’homme, a été suspendu la semaine dernière par le gouvernement du Québec, selon nos informations.  

 Au cours des derniers jours, plusieurs sources nous ont permis de faire la lumière sur les raisons à l’origine des enquêtes sur les deux hommes:  

 Robert Lafrenière est sous la loupe des enquêteurs pour la façon dont il a mené le Projet A (l’enquête qu’il a commandée en 2017 pour découvrir qui, au sein de son organisation, aurait divulgué des informations sur des enquêtes en cours à des journalistes).  

 Les enquêteurs soupçonnent M. Lafrenière d’avoir lui-même été impliqué dans la divulgation d’informations aux médias.  

 De plus, les enquêteurs croient que M. Lafrenière et M. Prud’homme auraient eu des communications inappropriées au cours de cette enquête, ce qui a mené à la suspension de celui-ci.  

 En plus d’avoir été au même moment deux des plus hauts gradés de la police au Québec, les deux hommes ont des liens familiaux. Martin Prud’homme est le gendre de Robert Lafrenière.