/travel/destinations
Navigation

Le Village sucré, encore plus animé

Lors du tour de carriole, on s’arrête ici et là dans le Village et à la Cabane d’antan.
Photo Marc-André Lauzier, Village sucré Lors du tour de carriole, on s’arrête ici et là dans le Village et à la Cabane d’antan.

Coup d'oeil sur cet article

Cette année, la version printanière du Village québécois d’antan à Drummondville, c’est encore plus que le repas traditionnel et la halte à la cabane à sucre ancestrale.

À pied avec des bottes de circonstance ou en carriole tirée par des chevaux belges ou des percherons, on fait une tournée en s’arrêtant ici et là à des maisons pour piquer une jasette.

Il s’agit en fait d’un voyage dans le temps, agrémenté par la rencontre de personnages d’époque. On recule de 100 ans, alors qu’on ne se rendait pas encore en auto à la cabane à sucre.

Visite colorée

Une halte s’impose à l’église où monsieur le curé nous raconte des anecdotes sur le temps des sucres. À la maison du boulanger, la femme cuisine un bouillon de légumes que nous avons l’occasion de goûter.

Devant chez lui, un bûcheron nous fait part de quelques légendes. Il nous invite à couper un tronc d’arbre avec lui en nous incitant à empoigner l’autre extrémité d’un godendart, cette longue scie ancienne conçue pour se manier à deux.

La maison Houle-Morissette abrite l’Atelier des petits. Ils ont de quoi passer un bon moment : maquillage, dessins et jeux pour reconnaître les empreintes d’animaux.

Animation continue

Au Camp de bûcheron, violoneux, autres musiciens, chanteuse et choriste créent une ambiance festive. Les gens sont invités à danser des rigodons.

Lors du repas de cabane à sucre au Relais, la musique traditionnelle est aussi à l’honneur. Pour la tire sur la neige, on se rend ensuite au belvédère surplombant la rivière Saint-François. Là se trouvent des traîneaux anciens et des accessoires utilisés jadis par les bûcherons.

À la Cabane d’antan, un personnage nous parle du temps des sucres d’autrefois. On y voit comment était installé un chalumeau pour recueillir l’eau d’érable. On apprend les petits secrets de l’évaporateur.

Petit détour

La fameuse beignerie est ouverte. Des beignes à l’ancienne sont préparés sur place. Un détail à souligner : la pâte de la plupart des beignes est maintenant faite à base de pommes de terre pour un meilleur goût et une meilleure conservation.

Pour se procurer leurs beignes nature ou à l’érable, il est tentant de faire un petit détour avant le départ.


VILLAGE SUCRÉ

  • Accès en auto : A-20, sortie 181
  • Jusqu’au 28 avril, les week-ends (horaire spécial pour Pâques).
  • Réservations requises en ligne pour le repas.
  • villagequebecois.com

Une autres idée pour le week-end

Montérégie : Sucres et montagne à l’Érablière Charbonneau

Lors du tour de carriole, on s’arrête ici et là dans le Village et à la Cabane d’antan.
Photo Marc-André Lauzier, Village sucré

 

Une ambiance chaleureuse, des repas bien préparés, des modules de jeux pour enfants. On ne se trompe pas en allant à la cabane à sucre de Mélanie Charbonneau, au pied du mont Saint-Grégoire.

Si les tours de carriole tirée par un tracteur sont populaires, on peut aussi prendre l’air en empruntant les sentiers de l’érablière en raquettes ou à pied selon les conditions de neige.

► erablierecharbonneau.qc.ca