/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les mots dits du samedi

Coup d'oeil sur cet article

Records battus

La dictée corrigée de la semaine dernière : Des records, Simon en a battu. Il est le champion des matchs-bénéfice. Vous seriez surpris des avantages qu’il en a tirés. Il est devenu le co-porte-parole de sa ligue de balle-molle. En est un pronom adverbial. Il n’a ni genre ni nombre. S’il est complément d’objet direct (COD), le participe passé qui le suit est donc invariable (Des records, Simon en a battu...). Il a battu quoi ? En, complément d’objet direct. Mais quand « en » est complément d’objet indirect dans une phrase qui contient un COD devant l’auxiliaire, le participe passé s’accorde avec ce COD (... des avantages qu’il en a tirés). Il a tiré quoi ? « Qu’ », mis pour « des avantages ». Et on écrit « le co-porte-parole » ? Oui. Les noms composés avec le préfixe co- s’écrivent avec un trait d’union lorsque le mot qui suit est un nom composé. Enfin, quand le nom « bénéfice » est juxtaposé à un autre nom pour désigner un événement caritatif, par exemple, il est toujours joint au nom qui le précède par un trait d’union et il est invariable (... des matchs-bénéfice).

En peinture

Lu en gros titre dans Le Journal : « 559 M$ pour repeinturer le pont de Québec ». « Repeinturer ? Sérieusement ? » demande un lecteur, Marc S. Eh bien oui ! Dans les pays francophones autres que le Québec, le verbe peinturer est synonyme de barbouiller. Exemple : Mon voisin n’a rien d’un Vincent Van Gogh, d’un Auguste Renoir, il peinture. Au Québec comme ailleurs, on dit peindre un mur, peindre un numéro sur une affiche, tout peindre en bleu ou en rose ou peindre un soleil timide d’automne... Les Suisses diront même « peindre le diable sur la muraille », c’est-à-dire noircir la situation, évoquer des dangers imaginaires. Mais ce n’est qu’ici qu’on emploie couramment le mot peinturer dans le sens de couvrir une surface de peinture. Exemple : Mon frère peinturera en rose le toit de sa maison et en orange le mur du salon où il accrochera le tableau peint par mon cousin. Peinturer (une pièce, un mur, un bâtiment... un pont) est un régionalisme dont on n’a pas à avoir honte. Et comme on dit « repeindre », on peut dire « repeinturer ».

La dictée de la semaine

Mettre les S manquants et enlever les S intrus.

De ma cours, assis sur le rebords du puits, je regarde le champs moucheté de fleurs. Et le corps soulagé d’un poid psychologique, j’en perd mon remord. C’est un velours sur mes tourments.

Corriger s’il y a lieu

  • Une ère de repos
  • C’est là où j’habite

Les lettres mêlées

A A R R D I O U B S

Définition 

  • Consterner, stupéfier. Quel est ce mot ?

 


Réponses

La dictée : De ma cour, assis sur le rebord du puits, je regarde le champ moucheté de fleurs. Et le corps soulagé d’un poids psychologique, j’en perds mon remords. C’est un velours sur mes tourments.

À corriger : Une aire de repos. C’est là que j’habite.

Les lettres mêlées : Abasourdir.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.