/world/pacificasia
Navigation

Tuerie diffusée en direct

Un Australien de 28 ans a été accusé de meurtre hier

NZEALAND-CRIME-SHOOTING-NZealand-crime-shooting
Photo AFP Les deux attaques successives contre des mosquées à Christchurch ont causé une onde de choc en Nouvelle-Zélande.

Coup d'oeil sur cet article

L’Australien Brenton Tarrant est apparu menotté et vêtu d’une chemise blanche de prisonnier pour une brève audience. Pour des raisons de sécurité, seule la presse pouvait y assister. Il est demeuré impassible devant le tribunal, devant lequel il reviendra le 5 avril.

Le présumé tireur a diffusé en direct ses meurtres sur les réseaux sociaux à l’aide d’une caméra fixée sur sa tête. Dans une vidéo d’une quinzaine de minutes, il abat froidement des dizaines de fidèles effrayés dans la salle de prière de la mosquée Al Noor.

Puis, il sort brièvement du bâtiment, le temps d’abattre un passant, et revient à l’intérieur pour tirer à nouveau sur les blessés et les victimes à bout portant.

« Ce type, ce terroriste [...] a tiré sur tout le monde, les jeunes, les vieilles femmes », a relaté Khaled Al-Nobani au quotidien New Zealand Herald, lui qui a été parmi les rares à réussir à quitter la mosquée Al Noor.

Deux autres hommes sont toujours détenus. Pour le moment, aucune accusation n’a été déposée contre eux.

Au bilan de 49 victimes, composées notamment de réfugiés d’origine sud-asiatique, s’ajoute près d’une cinquantaine de blessés, dont plusieurs sont dans un état critique. L’attentat serait le plus meurtrier de l’époque contemporaine contre des musulmans dans un pays occidental.

Des réactions ont fusé de partout à travers le monde, dont à Montréal, Longueuil et Québec, où les mosquées ont été l’objet d’une surveillance accrue par mesure préventive.

Des experts en scènes de crimes recueillaient des preuves hier près de l’une des mosquées attaquées.
Photo AFP
Des experts en scènes de crimes recueillaient des preuves hier près de l’une des mosquées attaquées.

Attaque « terroriste »

Après avoir qualifié la journée d’hier comme « l’une des journées les plus sombres » du pays, la première ministre Jacinda Ardern a mis l’accent sur la nécessité d’apporter des changements aux lois sur les armes à feu.

« Je peux vous dire une chose : nos lois sur les armes vont changer. [...] C’est le temps d’un changement », a urgé Mme Ardern, qualifiant au passage la double attaque de « terroriste ».

Brenton Tarrant, un Australien de 28 ans, a été accusé de meurtre hier. Le juge qui présidait l’audience a ordonné que son visage soit brouillé sur les photos afin de préserver son « droit à un procès équitable ».
Photo REUTERS
Brenton Tarrant, un Australien de 28 ans, a été accusé de meurtre hier. Le juge qui présidait l’audience a ordonné que son visage soit brouillé sur les photos afin de préserver son « droit à un procès équitable ».

Le tireur, qui se présente lui-même comme un militant d’extrême droite, serait l’auteur d’un manifeste de 74 pages publié quelques minutes avant les attaques. Le rédacteur du document révèle avoir planifié l’attaque pendant deux ans.

Il aurait choisi de sévir précisément à Christchurch il y a trois mois. La première ministre a affirmé que Tarrant était « inconnu » des services d’intelligence.

Des policiers faisaient le guet hier devant la mosquée Al Noor.
Photo AFP
Des policiers faisaient le guet hier devant la mosquée Al Noor.

« C’est traumatisant »

La violence des attaques et le nombre de victimes ont créé une onde de choc à travers la Nouvelle-Zélande, un pays paisible de moins de cinq millions d’habitants reconnu pour la beauté de ses panoramas.

« Ç’a été une onde de choc, comme ç’a dû l’être au Québec. La Nouvelle-Zélande, c’est un endroit tranquille et il n’y a pas grand-chose de violent qui arrive ici », indique au Journal Simon L’Allier, un Québécois qui travaille sur l’île du Nord de l’État insulaire.

– Avec la collaboration de l’AFP