/news/health
Navigation

L’urgence de l’hôpital Pierre-Boucher déborde encore

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les urgences de plusieurs hôpitaux connaissent une légère accalmie en cette fin d'hiver, celle de l'Hôpital Pierre-Boucher, à Longueuil, déborde toujours.

En matinée, le taux d’occupation a même atteint 211 %. Pendant ce temps, à quelques kilomètres de là, le taux d’occupation atteignait 98 %. 

Le problème, c’est que de nombreux patients attendent d'avoir un lit sur les étages. 

«Malgré la bonne collaboration du corps médical, lorsque les gens ne peuvent pas partir parce que leur état de santé ne le permet pas, on ne peut pas donner de congé, soutient Sylvain Dubé, directeur adjoint des communications au CISSS Montérégie-Est. Et ça devient comme une cascade à un moment donné.» 

La plupart des patients admis à l’urgence au cours des derniers jours sont des personnes âgées ayant des problèmes respiratoires et cardiaques, selon M. Dubé. 

«On retrouve ça pendant l’hiver et l’hiver n’est pas encore terminé, ajoute le directeur adjoint des communications. On a encore ces patients-là qui arrivent aux urgences.» 

Parmi les facteurs qui expliquent cet achalandage important de l’urgence, Sylvain Dubé cite notamment le vieillissement de la population, mais aussi la migration importante sur la Rive-Sud de Montréal. 

«Sur notre territoire maintenant, on dessert beaucoup plus de personnes qu’on en desservait il y a à peine cinq ans», dit-il. 

Et à tous ceux qui comptent se présenter aux urgences de l’hôpital Charles-Le Moyne, M. Dubé lance ce message : 

«Je vous dirais que l’urgence, par définition, ce sont les cas urgents. Les autres, on peut utiliser le 811, on peut utiliser notre médecin de famille ou on peut regarder pour des cliniques sans rendez-vous aussi.»