/finance/opinion/columnists
Navigation

Le budget de survie de Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Trudeau devrait accorder des contrats de construction navale à Chantier Davie Canada, de Lévis. C’est fort probablement l’un des cadeaux fédéraux qui serait destiné au Québec dans le cadre du nouveau budget fédéral que le ministre Bill Morneau dépose aujourd’hui.

Dans son 4e budget, le gouvernement libéral devrait, en cette année d’élections fédérales, se montrer relativement généreux envers toutes les provinces et les territoires. C’est carrément une question de survie électorale afin de ne pas perdre le pouvoir aux mains des conservateurs d’Andrew Scheer.

  • ÉCOUTEZ l'intervention de Michel Girard à Dutrizac de 6 à 9:

 

En raison de l’affaire SNC Lavalin qui lui a fait perdre beaucoup de terrain dans les sondages, le premier ministre Justin Trudeau a plus que jamais besoin d’offrir des « cadeaux électoraux » pour tenter de faire oublier ses maladroites interventions politiques dans le but d’éviter un criminel à la multinationale québécoise.

Voilà pourquoi le nouveau budget de Bill Morneau représente l’ultime chance des libéraux de redorer l’image de Justin Trudeau en vue des élections du 21 octobre prochain.

À quoi devons-nous nous attendre ?

UN GROS DÉFICIT

Chose certaine, malgré une augmentation sensible des revenus fiscaux, le gouvernement Trudeau continuera de se lâcher lousse dans les dépenses et d’afficher conséquemment un autre lourd déficit (plus de 15 milliards $) lors de la prochaine année financière (2019 – 2020) débutant le 1er avril prochain.

La rigueur budgétaire et les surplus budgétaires à la Philippe Couillard et Carlos Leitao, non merci pour le tandem Justin Trudeau et Bill Morneau. L’équipe Trudeau-Morneau a opté pour le contraire depuis la prise du pouvoir en octobre 2015.

La stratégie dépensière du gouvernent Trudeau ne semble pas lui avoir nui au cours de ses quatre années de pouvoir. Raison de plus pour qu’en cette année électorale, le gouvernement Trudeau continue de faire fi de l’équilibre budgétaire.

UN RÉGIME D’ASSURANCE MÉDICAMENTS

Le gouvernement Trudeau va vraisemblablement annoncer la mise en place d’un nouveau régime national d’assurance médicaments. On parle ici d’un projet qui pourrait faire économiser aux Canadiens quelque 4 milliards de dollars par année en frais de médicaments.

À combien s’élèvera la facture pour le fédéral et les provinces ? À 5, 10, 15 ou 20 milliards $ ? C’est l’énigme du jour.

BONIFICATION DE PRESTATIONS

Quand un parti au pouvoir veut vraiment s’attirer des votes, il fait quoi ?

Il bonifie les diverses prestations qu’il verse aux particuliers. Dans le cas du gouvernement fédéral, les prestations se divisent en trois catégories : les prestations aux aînés, les prestations pour enfants, les prestations d’assurance-emploi.

Ces prestations fédérales représentent actuellement une dépense totale de 100 milliards $.

AUTRES MESURES

On s’attend à ce que le gouvernement rende plus abordable l’accès à la propriété pour les jeunes familles.

Comment ? En rallongeant la période maximale d’amortissement des hypothèques, en octroyant un alléchant crédit d’impôt fédéral ou en augmentant le plafond (25 000 $ actuellement) des retraits du REER, à même le Régime d’accession à la propriété.

Le gouvernement Trudeau donnera sans doute un autre coup de pouce à l’Alberta pour l’aider à se sortir du marasme économique dans lequel la province est plongée en raison de ses difficultés à exporter son pétrole issu des sables bitumineux.