/finance
Navigation

Moins de vie privée en échange de rabais

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Un sondage mondial sur les services financiers indique que près de la moitié des Canadiens sont d’accord de partager certaines informations personnelles avec les institutions bancaires et les compagnies d’assurance pourvu qu’ils aient des rabais en échange.

Réalisé par la firme de consultation en gestion Accenture, le coup de sonde note que les consommateurs canadiens privilégient des avantages comme des approbations de prêts plus rapides, des réductions sur un abonnement au gym ou des offres personnalisées.

Environ 72 % des Canadiens restent très prudents quant à l’aspect confidentiel de leurs informations personnelles puisque les violations de la sécurité des données sont la deuxième plus grande crainte pour les consommateurs, après la question des coûts.

«Sachant cela, les banques et compagnies d’assurance doivent livrer une expérience ultra-significative et vraiment utile afin de demeurer pertinents, de conserver la confiance et d’acquérir la loyauté des clients, dans une économie numérique», observe Robert Vokes, directeur général pour les services financiers chez Accenture au Canada.

Ces résultats représentent quelques-unes des constatations de cette étude mondiale réalisée entre mai et juin 2018 dans 28 pays auprès de 47 000 répondants. Au pays, Accenture a sondé 2000 Canadiens.

Ailleurs dans le monde, 81 % des consommateurs seraient prêts à partager des données en échange d’une approbation de prêt rapide, par exemple.

Globalement, l’envie de partager certaines informations personnelles avec les institutions financières varie à travers le monde. Elle est plus forte en Chine, où 67 % des consommateurs sont prêts à partager plus d’information en échange de services personnalisés comparativement aux États-Unis (50 %). En Angleterre et en Allemagne, seulement 40 % des consommateurs sont de cet avis.