/24m/city
Navigation

La Ville de Montréal va retirer le crucifix de la salle du conseil municipal

La Ville de Montréal va retirer le crucifix de la salle du conseil municipal

Coup d'oeil sur cet article

La volonté de Montréal de retirer le crucifix de la salle du Conseil municipal ne laisse personne indifférent et suscite des réactions mitigées auprès de différents groupes et formations politiques.

• À lire aussi: Crucifix: pas question pour la Ville de Québec d’imiter Montréal

• À lire aussi: Retrait du crucifix à l’Assemblée nationale: François Legault ouvre la porte

«C’est vraiment pour nous une façon d’honorer, de reconnaître la laïcité de l’institution», a déclaré mercredi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en ajoutant qu’il y a «une nette distinction avec la laïcité individuelle».

Surpris de l’annonce faite lors de la dernière séance du comité exécutif, le 20 mars, le chef d’Ensemble Montréal a plutôt dénoncé une décision «irresponsable» qui va «semer la division».

Indépendamment de ce qu’on pense du crucifix, la population, ainsi que les élus de l’opposition, auraient dû être consultés sur un «enjeu aussi délicat», a insisté Lionel Perez. «Où est l’urgence d’agir? On va amorcer des travaux pendant trois ans à l’hôtel de ville. Est-ce qu’on peut se donner un peu de temps pour peut-être sonder la population?» a-t-il lancé.

Dès avril, les élus et les fonctionnaires vont déménager temporairement dans l’édifice Lucien-Saulnier, voisin de l’hôtel de ville, en raison de travaux de rénovation qui vont durer trois ans. Le crucifix sera éventuellement installé dans un espace muséal au sein de la mairie de Montréal.

Une consultation publique n’a pas eu lieu, car cela fait plusieurs années que le sujet est débattu, a indiqué la mairesse Plante. Son administration aurait dû préalablement consulter le Conseil du patrimoine de Montréal, a persisté M. Perez. Un avis partagé par Héritage Montréal, un organisme qui se consacre à la défense du patrimoine du Grand Montréal.

Selon Fanny Cardin-Pillon, chargée de projets à Héritage Montréal, il serait plus pertinent de se pencher sur l’intérêt patrimonial de l’ensemble de l’hôtel de ville, édifice construit à la fin du 19e siècle, plutôt que de faire un débat politique autour du seul crucifix.

Un choix des élus, selon l’Église

Par ailleurs, l'Assemblée des évêques catholiques du Québec respecte la décision des élus, un choix qui leur appartient, a fait savoir son secrétaire général, Mgr Pierre Murray. Placer le crucifix dans un espace muséal est un geste respectueux, dit-il. «Cela va rappeler notre histoire, notre culture et les évêques s’en réjouissent.»

«Du point de vue de la transmission des valeurs de vie spirituelle, du vivre ensemble et de solidarité, le crucifix a toujours son sens», a indiqué l’Archevêque de Montréal, Christian Lépine, via une déclaration écrite, sans contester la décision des élus municipaux.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs critiquaient le retrait annoncé du crucifix, symbole de l’héritage chrétien du Québec. D’autres, au contraire, saluaient une décision pour la laïcité des institutions.

En décrochant le crucifix, «l’objectif n’est pas de faire du déni de notre histoire», a assuré Laurence Lavigne-Lalonde, responsable de la démocratie et de la vie citoyenne au comité exécutif.

Le contexte social a évolué depuis l’installation du crucifix en 1937 pour rappeler aux élus du serment prêté devant Dieu, a-t-elle fait valoir. Les institutions démocratiques «se doivent d’être laïques, d’être neutres et d’être ouvertes à l’ensemble des citoyens».

Réactions à Québec

Cette annonce survient au moment où le gouvernement du Québec s’apprête à présenter un projet de loi sur la laïcité et le port des symboles religieux par les personnes en situation d’autorité.

Si la mairesse de Montréal affirme ne pas avoir l’intention de «dire quoi faire aux autres paliers de gouvernement, ou même aux autres villes et arrondissements», la question du crucifix a eu des échos sur la colline parlementaire.

Le premier ministre François Legault ne ferme plus la porte à un retrait du crucifix au Salon bleu, sans toutefois se prononcer clairement sur le sort de ce dernier. «Il faut que tout le monde fasse des compromis, on va regarder les positions des différentes personnes au caucus pis on va vous revenir», a-t-il dit.

La Ville de Québec, de son côté, n’a pas l’intention de suivre l’exemple de Montréal et entend conserver le crucifix dans la salle du Conseil municipal. Aux yeux de l’ex-maire de la ville de Saguenay Jean Tremblay, qui récitait la prière avant les délibérations du conseil municipal, Montréal fait un mauvais choix.

«Jésus-Christ est venu il y a 2000 ans et il a été extraordinaire. Il n’a fait que de bonnes choses. Pourquoi on en veut tant à cet homme-là?» a-t-il demandé.

En 2015, la Cour suprême du Canada avait tranché contre la prière au conseil municipal de Saguenay, à la grande satisfaction du Mouvement laïque québécois. Sa présidente, Lucie Jobin, a salué la décision récente de Montréal et espère que d’autres villes imiteront la métropole.

Avec la collaboration de Geneviève Lajoie et Taïeb Moalla