/24m/city
Navigation

Une initiative pour apprendre le français aux commerçants allophones

Xin Lee, propriétaire du dépanneur Marché bon fruit, dans le quartier Côte-des-Neiges, et sa mentore, Amélia Manolescu, une étudiante de l’Université de Montréal.
Xin Lee, propriétaire du dépanneur Marché bon fruit, dans le quartier Côte-des-Neiges, et sa mentore, Amélia Manolescu, une étudiante de l’Université de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

 En collaboration avec  

  

  

 Peu importe le quartier montréalais que vous arpentez, vous remarquerez certainement un autocollant rouge vif collé à même les portes des commerces.  

  

 « J’apprends le français – Encouragez-moi! »  

 Cette bulle est apposée sur les commerces participants au programme «J’apprends le français». Depuis 2016, cette initiative rafraîchissante de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) améliore les compétences en français des propriétaires et des employés des petits commerces via un jumelage linguistique.   

 «Le français est partout au Québec, en affaires, dans la vie. On ne peut pas l’ignorer. Ce programme est très flexible et pratique. C’est seulement pour moi, elle m’apprend ce dont j’ai vraiment besoin.» -Xin Lee, propriétaire du Marché Bon Fruit  

 Chaque marchand est jumelé à un étudiant spécialisé en enseignement du français qui agit à titre de mentor pour l’allophone parlant peu ou pas le français. Au total, des partenariats avec cinq universités partenaires des associations commerciales et des arrondissements montréalais ont permis de constituer plus de 500 binômes de commerçants et d’étudiants.   

  

 Une formule flexible  

 Chaque semaine, deux heures de conversation dirigée se déroulent au sein même du commerce.   

 Les mentors proposent une approche personnalisée à leurs apprentis: les discussions sont adaptées à l’environnement de travail afin que les progrès réalisés en matière de francisation soient rapides et efficaces.   

 «Un de ses devoirs, c’est de discuter avec les clients en français. Il transcrit la conversation qu’il a eue avec ces gens-là [... et on peut] voir chaque semaine s’il a dit plus de choses, s’il a plus de vocabulaire.» -Amélia Manolescu, mentore de l’Université de Montréal.   

 À ce jour, plusieurs arrondissements de Montréal, Laval et Longueuil participent au programme.  

 Au fil du temps, les compétences linguistiques se développent, le service à la clientèle se bonifie et les amitiés se tissent.   

  

 Vers l’avenir  

 L’an dernier, le programme J'apprends le français s’est vu remettre le «Prix de l'innovation en francisation», du ministère de la Culture et des Communications dans le cadre du Fonds de promotion et de valorisation de la langue française. Il a également reçu le prix «Mérites en francisation des personnes immigrantes», décerné par le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion.   

 La meilleure manière d’encourager les commerçants participants? Lorsque vous remarquez la bulle-affiche « J’apprends le français – Encouragez-moi! », apposée à l’extérieur et à l’intérieur des établissements participants, parlez français plus lentement et apprenez un nouveau mot à votre interlocuteur. Tant pour les citoyens que pour les participants au programme, l’apprentissage de la langue française par les commerçants est susceptible d’améliorer le service à la clientèle tout en créant des liens durables et harmonieux dans la collectivité.   

 Recherchez la bulle-affiche «J’apprends le français – Encouragez-moi!» et participez activement aux efforts de francisation des commerçants de votre quartier!  

  

 J’apprends le français est un programme soutenu par le ministère de la Culture et des Communications dans le cadre de la Stratégie partenariale de promotion et de valorisation de la langue française 2016-2021.