/sports/fighting
Navigation

Dicaire veut éviter le même piège qu’Eleider Alvarez

La Québécoise voit la défaite de son ami comme un sérieux avertissement

Dicaire veut éviter le même piège qu’Eleider Alvarez
PHOTO PIERRE-PAUL POULIN

Coup d'oeil sur cet article

Au début du mois de février au Texas, Eleider Alvarez a livré une contre-performance lors de la première défense de son titre mondial. Un combat qui n’a pas échappé à l’attention de Marie-Ève Dicaire.

La championne IBF des super-moyennes sera dans les mêmes bottines que son ami, samedi, au Casino de Montréal. Pour l’occasion, Dicaire (14-0) affrontera la Dominicaine Lina Tejada (12-5, 9 K.-O.) dans un duel de 10 rounds de deux minutes.

« J’en ai discuté avec mon préparateur mental pendant mon camp parce que la défaite d’Eleider m’a affectée un peu, a souligné Dicaire, jeudi. On a conclu qu’on ne pouvait pas faire de parallèle parce qu’on n’est pas les mêmes athlètes et qu’on n’a pas les mêmes personnalités.

« Ce fut un signal d’alarme pour moi. Ce combat contre Tejada ne sera pas fini tant que la dernière cloche n’aura pas sonné. Je n’ai pas envie de vivre la même chose qu’Eleider pendant son deuxième duel contre [Sergey] Kovalev. »

Dicaire n’a pas encore parlé à Alvarez depuis sa défaite à Frisco. La championne a envoyé quelques messages textes à Storm. Elle n’a pas eu de réponse de sa part, mais l’ancien champion WBO des mi-lourds devrait assister à la première défense de la Québécoise. Le poids lourd Oscar Rivas devrait être présent également.

Dicaire veut éviter le même piège qu’Eleider Alvarez
Photo PIerre-Paul Poulin

Une adversaire prise au sérieux

Selon son entraîneur Stéphane Harnois, Dicaire a connu le camp le plus difficile de sa carrière. Celle-ci est consciente que son rôle a changé dans le monde de la boxe depuis sa victoire du 1er décembre à Québec.

« Lorsque tu deviens championne, le vrai travail commence, a souligné Harnois. Ce n’est plus la prédatrice. Elle est maintenant la cible, et ce, peu importe l’adversaire qu’elle va affronter.

« La défaite d’Alvarez l’a fouettée. Ça l’a beaucoup affectée. On a beaucoup parlé de ce combat pour éviter que le même scénario lui arrive. »

Plusieurs observateurs ont critiqué le choix de Tejada comme rivale au cours des dernières semaines. On va s’entendre sur un point. Dicaire n’aura pas Floyd Mayweather devant elle samedi après-midi.

Toutefois, elle devra garder ses mains hautes de la première à la dernière seconde du duel.

« On s’est préparés pour le pire scénario, a indiqué Harnois. Tejada est une boxeuse agressive qui va tenter de gros coups de puissance à répétition. On dit souvent que les styles font les combats. Ça pourrait arriver samedi. »

Dicaire veut éviter le même piège qu’Eleider Alvarez
Photo PIerre-Paul Poulin

Les portes sont ouvertes

Le combat de Dicaire est important, mais pas en raison de la qualité de son adversaire. Une victoire est cruciale pour la suite des choses.

Si elle est en santé, la boxeuse de 32 ans a de bonnes chances de se retrouver en sous-carte du gala du 28 juin à Québec. Les négociations sont déjà amorcées avec le réseau ESPN.

Ce n’est pas une surprise. Dicaire avait attiré l’attention du célèbre promoteur Bob Arum, le 1er décembre. Le patron de Top Rank était assis dans les premières rangées du Centre Vidéotron pour assister à la victoire par décision unanime de la protégée du Groupe Yvon Michel contre l’Uruguayenne Chris Namus.