/news/health
Navigation

Les infirmières dénoncent les surcharges de travail

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE | Des travailleurs de la santé de partout au Québec se sont fait entendre jeudi à Saint-Hyacinthe. Plus de 400 infirmières ont manifesté pour que cesse la surcharge de travail. 

Ils étaient réunis en appui à leurs collègues du CHSLD de l'Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe, le plus grand CHSLD de la province. 

Depuis 2011, les travailleurs de ce CHSLD seraient en surcharge de travail chronique. «Ils sont épuisés. Ils ont les [larmes] faciles. On a un taux d'invalidité qui est très élevé», a expliqué Jean-Michel Varin, président du Syndicat des professionnelles en soins de Montérégie-Est (FIQ-SPSME). 

La direction admet le problème et assure qu’elle tente de recruter du personnel. «Quand les résidents ont besoin de soins et de services, on doit s'assurer qu'ils les reçoivent, a affirmé Pascale Larocque, directrice des soins infirmiers au CISSS Montérégie-Est. Mais c'est malheureux qu'on en soit là, alors qu'il faut vraiment faire la promotion du réseau de la santé, encourager nos jeunes à faire une carrière.» 

Les infirmières espèrent que le gouvernement définisse enfin les fameux ratios sécuritaires patients-infirmières et les inscrive dans une loi. 

«Nos attentes, c'est 350 millions $, justement pour le déploiement des ratios pour cette année pour faire un premier plan d'action et les 200 millions en soins à domicile», a confié Nancy Bédard, présidente de la FIQ. 

Les infirmières promettent un printemps chaud au gouvernement Legault.