/sports/fighting
Navigation

Pas de panique pour Yvon Michel

En quelques mois à peine, le promoteur a perdu trois champions du monde

Yvon Michel
Photo PIerre-Paul Poulin Yvon Michel

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques mois à peine, le promoteur Yvon Michel avait plusieurs champions du monde au sein de son écurie. Après un drame, une séparation et une contre-performance, il ne lui reste plus que Marie-Ève Dicaire avec une ceinture.

Certains promoteurs auraient appuyé sur le bouton « panique » devant une telle situation. Pas Yvon Michel. Ce n’est pas la première fois qu’il se retrouve dans une position comme celle-là.

Adonis Stevenson a perdu son titre WBC des mi-lourds de façon dramatique en décembre.

Deux mois plus tard, Eleider Alvarez a échappé son titre WBO après une défaite contre Sergey Kovalev.

Bonne entente

Finalement, après de longues négociations entre avocats, Artur Beterbiev a mis fin à son association avec GYM pour se joindre à l’écurie Top Rank au début de la semaine.

« Les retombées de la fin de notre association avec Artur Beterbiev sont très bonnes. C’est comme si on avait encore un champion au sein de notre équipe, a souligné Michel. C’est une bonne entente pour Artur et pour nous. Malgré tout, on est très fiers de ce que nous avons réalisé avec lui.

« Ça nous permettra d’investir dans la carrière de nos autres boxeurs. Nos perspectives d’avenir sont supérieures à celles qu’on avait à pareille date l’an dernier. »

Une offre pour Rivas

Le départ de Beterbiev et la retraite de Stevenson vont permettre à d’autres pugilistes de sortir de l’ombre. Parmi ceux-ci, il y a le poids lourd Oscar Rivas.

Au cours des derniers jours, son nom a été associé à celui de Tyson Fury pour un éventuel combat. Selon les plus récentes informations, le Montréalais d’origine colombienne verra de l’action le 15 juin à Las Vegas.

« On vient de recevoir une offre pour une entente de quatre combats avec ESPN qui commencerait à cette date, précise Michel. On est en train de négocier les termes avec le gérant d’Oscar, Stéphane Lépine.

« Les dirigeants d’ESPN croient en Oscar et ils sont prêts à lui donner les outils pour se rendre jusqu’au bout. »