/news/currentevents
Navigation

Un réseau de cocaïne est démantelé en Mauricie

Dix personnes ont été arrêtées, dont un barbier et une enseignante au primaire

Chad Blanchette Linteau a été escorté menottes aux poings le 21 mars 2019, au palais de justice de Trois-Rivières. Il a été arrêté dans le cadre de démantèlement d'un réseau de stupéfiants (principalement de la cocaïne) à trois-Rivières et les environs.
Photo collaboration spéciale, Amélie St-Yves Chad Blanchette Linteau a été escorté menottes aux poings le 21 mars 2019, au palais de justice de Trois-Rivières. Il a été arrêté dans le cadre de démantèlement d'un réseau de stupéfiants (principalement de la cocaïne) à trois-Rivières et les environs.

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | La Sûreté du Québec a démantelé un réseau de trafic de cocaïne, jeudi, arrêtant dix personnes de la Mauricie, dont une enseignante au primaire et un barbier loin d’être un enfant de chœur.

 

Ces arrestations font suite à un total de 18 perquisitions menées par 70 policiers, les 30 et 31 janvier dans la région.

Le salon de barbier Jack McGurn Barbier & Club social, situé au centre-ville de Trois-Rivières et géré par Chad Blanchette Linteau, avait alors été perquisitionné, tout comme son domicile.

Ce n’est toutefois que jeudiu que ce coiffeur de 37 ans s’est fait passer les menottes. Il est soupçonné d’être la tête dirigeante d’un réseau de trafic de drogue qui avait lieu en Mauricie.

Les opérations ciblaient surtout le trafic de cocaïne, mais d’autres drogues avaient aussi été saisies, selon la Sûreté du Québec (SQ).

Le corps policier a profité du coup de filet de jeudi pour dévoiler le bilan de ce qui avait été saisi en janvier, soit environ 2 kg de cocaïne, 2 kg de haschisch, une soixantaine de comprimés de méthamphétamines, environ 300 comprimés sur ordonnance, plus de 33 000 $, deux armes de poing, un pistolet à impulsion électrique, cinq véhicules, un bateau et du matériel électronique.

Prof de primaire accusée

Marilyne Biron, une femme qui affirme être enseignante au primaire pour la Commission scolaire Chemin-du-Roy sur Facebook, s’est également fait passer les menottes. Mme Biron est accusée de trafic de stupéfiants, d’avoir vendu du cannabis et d’en avoir eu en sa possession pour le vendre.

La Commission scolaire n’a pas voulu confirmer si elle était à son emploi, ou encore si elle serait suspendue le temps des procédures judiciaires.

Le conjoint de Mme Biron, Steve Migneault-Ferland, fait également partie des 10 personnes inculpées et est accusé des mêmes chefs que sa copine.

Pas moins de 14 accusations ont été déposées jeudi contre Chad Blanchette Linteau, dont trafic de stupéfiants, possession d’un pistolet à décharge électrique dans un dessein dangereux, mais aussi d’un révolver de calibre .357 et d’un pistolet de calibre .32 dans un dessein dangereux.

Chad Blanchette Linteau est par ailleurs déjà accusé de voies de fait causant des lésions sur un client de son salon, qu’il aurait battu en septembre 2017 parce qu’il était mécontent de la coupe de cheveux qu’il venait de lui faire.

L’homme devait justement revenir devant le juge vendredi pour une requête de son avocat dans le cadre de son procès.

Chad Blanchette Linteau avait par ailleurs été condamné à 54 mois de pénitencier pour trafic de stupéfiants en 2012 et à quatre ans de détention en 2008, après avoir été impliqué dans une fusillade dans le stationnement d’un supermarché Maxi.

Selon sa page Facebook, le Jack McGurn Barbier & Club social, géré par Chad Blanchette Linteau, a été nommé en l’honneur d’un gangster de Chicago, membre du clan d’Al Capone.