/finance/opinion/columnists
Navigation

Un surplus record qui sourit à François Legault

Coup d'oeil sur cet article

 Le gouvernement du Québec va boucler le présent exercice 2018-19 avec le plus gros surplus budgétaire de tous les temps, soit 5,6 milliards de dollars, avant le transfert d’argent dans le Fonds des générations.  

 C’est rien de moins que 4,7 milliards de plus que le surplus prévu initialement dans le budget 2018-19 de l’ancien ministre des Finances, Carlos Leitao.  

Comment a-t-on pu réaliser un tel écart de 4,7 milliards ? Par rapport aux prévisions budgétaires de l’ancien gouvernement Couillard, Québec a encaissé des revenus supplémentaires d’impôts, de taxes... de 4 milliards alors que les dépenses consolidées ont enregistré une baisse de 742 millions.  

 Et dire que dans les semaines qui ont suivi son élection, l’automne dernier, François Legault laissait entendre qu’il fallait jouer de prudence face à la croissance mensuelle du surplus budgétaire.  

 Quoi qu’il en soit, j’imagine que l’énorme surplus d’aujourd’hui doit le réjouir puisqu’il permet à son gouvernement de commencer son règne sur des assises financières très solides.  

 Même si les dépenses vont augmenter sensiblement au cours des prochains exercices financiers, le nouveau ministre des Finances, Éric Girard, prévoit enfiler bon an mal an une série de surplus budgétaires.  

 Et ça commence avec un surplus de 2,5 milliards (avant transfert au Fonds des générations) pour l’exercice 2019-20 qui débute le 1er avril prochain.  

 Et les surplus progresseront par la suite de quelques centaines de millions par année.  

 Comme quoi la recette des surplus budgétaires mise en place par Carlos Leitao va se poursuivre sous l’argentier caquiste Éric Girard.  

 L’an 1  

 Avec des finances publiques aussi en santé, le nouveau gouvernement caquiste conserve intactes les coûteuses mesures que le précédent gouvernement Couillard avait annoncées dans sa mise à jour de novembre 2017 et dans son budget « électoral » de mars 2018.  

 Dans le cadre du nouveau budget du ministre des Finances, Éric Girard, ces mesures libérales représentent à elles seules un débours supplémentaire de quelque 4,7 milliards.  

 Comme promis en campagne électorale, un train de mesures caquistes entre en vigueur au cours du premier exercice financier 2019-20 du gouvernement Legault.  

 Les nouvelles mesures caquistes qui s’adressent directement aux particuliers s’élèvent à 890 millions de dollars pour l’an 1 du gouvernement Legault. En voici le résumé :    

  •  Garde d’enfants : 43,4 millions  
  •  Baisse de taxe scolaire : 200 millions  
  •  Bonification de pensions alimentaires pour enfants : 28,4 millions  
  •  Prolongation de carrières des 60 ans et plus : 104,5 millions  
  •  Programme Roulez vert : 156,3 millions  
  •  Bonification de l’allocation famille : 249,6 millions  
  •  Soutien des aînés : 107,6 millions   

 Par ailleurs, l’éducation va bénéficier d’une hausse de 230 millions et la santé de 801 millions.  

 Un bémol : l’emploi  

 Des efforts importants sont effectués par le gouvernement Legault afin de régler le fameux problème de la pénurie d’emplois.  

 Mais pour les quatre années de son mandat, les perspectives de création d’emplois sont relativement modestes.  

 De 2019 à 2022, le ministre Girard prévoit la création de seulement 108 900 emplois.  

 C’est presque deux fois moins que le nombre d’emplois créés sous le règne libéral de Philippe Couillard. De 2015 à 2018, il s’est créé 202 500 emplois.