/travel/destinations
Navigation

Bethléem entre foi et mercantilisme

Je ne suis pas animé de la foi du charbonnier, mais j’ai un grand respect 
pour ceux qui l’ont.
Photo Gilles Proulx Je ne suis pas animé de la foi du charbonnier, mais j’ai un grand respect pour ceux qui l’ont.

Coup d'oeil sur cet article

À ma dernière visite de Bethléem en 2011, j’étais stupéfait. Je me serais cru en Afrique ! Il y avait des milliers et des milliers d’Éthiopiens en pèlerinage. Ils étaient partout. On n’entendait que l’amharique, la langue de leur pays. Très fervents et croyants, c’était émouvant de voir leur joie de se trouver en terre sainte. Les marchands se frottaient les mains. Ces gens peut-être pauvres étaient prêts à « investir » dans un précieux souvenir comme une croix, un châle, un chapelet, une statuette, etc. Incroyable, tous les bibelots qui entourent ces lieux dits saints !

C’est à Jérusalem que Jésus a chassé les marchands du Temple. Si toutefois il revenait sur terre, on ose espérer qu’il irait faire un tour du côté de son village natal pour y faire aussi le grand ménage !

Ces jésuites défilaient en récitant des psaumes. Ils ouvraient la procession. Derrière eux : des milliers d’Éthiopiens !
Photo Gilles Proulx
Ces jésuites défilaient en récitant des psaumes. Ils ouvraient la procession. Derrière eux : des milliers d’Éthiopiens !

Parce qu’Israël est un minuscule pays, l’échelle y est réduite... Bethléem est à Jérusalem ce que Longueuil est à Montréal ou Cap-Rouge à Québec (si on oubliait le fleuve). Une petite balade en autobus et vous y êtes. Quoique... n’oubliez pas que, bien sûr, il y a une guérite, puisque Bethléem est situé du côté palestinien. En route, vous allez longer le fameux mur orné de graffitis. Une bonne partie du monde déplore ce mur. Or, il n’y a plus d’attentats à la bombe islamistes depuis sa construction. Bref, ce mur accomplit sa mission sécuritaire.

Ces croyantes ferventes attendaient le départ de la procession.
Photo Gilles Proulx
Ces croyantes ferventes attendaient le départ de la procession.

Terre de pèlerinages

Il y a une trentaine d’années, j’ai voulu assister à Noël à Bethléem. Erreur ! Non seulement l’église était monopolisée par le haut gratin, dont Yasser Arafat et sa femme, mais les places publiques regorgeaient de jeunes gens débraillés qui buvaient, grattaient leur guitare et fumaient du pot. Je me serais cru à la Saint-Jean-Baptiste sur les plaines d’Abraham dans les années 1970 ! Sympathique, mais quel rapport avec Noël ?

J’aime bien cet habit de prêtre simple et épuré.
Photo Gilles Proulx
J’aime bien cet habit de prêtre simple et épuré.

C’est vous dire à quel point j’étais heureux de me trouver en compagnie de tous ces Éthiopiens qui prenaient leur religion au sérieux.