/news/politics
Navigation

Conseil national du Parti québécois: le PQ prêt à changer sur tout, sauf la souveraineté

Un nouveau texte fondateur en octobre et un nouveau chef élu l’an prochain

GEN-CONSEIL-NATIONAL-PQ
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES  |  Durement ébranlé par sa défaite électorale du 1er octobre dernier, le Parti québécois tiendra un congrès extraordinaire en novembre prochain pour adopter un nouveau texte fondateur axé sur l’indépendance. Le futur chef, lui, sera choisi en 2020.

« Défi relevé, c’est une retentissante victoire à l’unanimité », s’est félicité le chef parlementaire Pascal Bérubé au terme de la première journée du Conseil national du PQ à Trois-Rivières, où l’exécutif national du parti a présenté son plan d’action pour relancer la formation souverainiste.  

Le congrès extraordinaire servira à « adopter un texte fondateur qui va être clair, qui va faire état des priorités du Parti québécois », a expliqué la présidente du parti, Gabrielle Lemieux. Tout sera sur la table lors de cet événement, sauf l’option souverainiste du parti. L’élection d’un nouveau chef l’année devrait avoir lieu l’année suivante, puis le parti adoptera son nouveau programme. 

Lors des dernières élections, le PQ a connu son pire score électoral depuis 1970, avec seulement 17 % des voix et dix députés. 

Avec le départ de Catherine Fournier il y a deux semaines, le parti ne compte plus que neuf élus, ce qui le place derrière Québec solidaire à l’Assemblée nationale. 

Fossé générationnel

Alors que des jeunes péquistes avaient exprimé en matinée leurs doutes sur la capacité du PQ à se renouveler, une trentaine d’entre eux sont sortis en bloc en fin de journée pour venir témoigner de leur appui au congrès extraordinaire. « Tous les jeunes de la salle, on s’est mis derrière le micro ‘‘Pour’’, largement en faveur », a relaté la présidente du Comité national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ), Frédérique St-Jean, au sujet des délibérations à huis clos.

Pascal Bérubé a d’ailleurs souligné que, parmi les délégués qui ont voté en faveur de la démarche, se trouvaient des signataires d’une lettre d’appui à la députée Catherine Fournier. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

La jeune élue a récemment quitté la formation souverainiste en déplorant « l’incapacité du Parti Québécois à rejoindre [la] génération montante ». 

Cette démonstration d’unité a relégué à l’arrière-plan la démission, en début de journée, d’un membre de la CNJPQ. Félix Pelletier-Belzile a claqué la porte de l’instance – à peine un mois après y avoir été élu –, en affirmant que le plan de match du Conseil national était écrit d’avance. 

« On sent qu’il y a vraiment une volonté de l’amener où ils l’ont déjà décidé et, en bout de ligne, ça ne fera pas une grosse différence qu’on soit là ou non », a-t-il déclaré avant même le début de l’exercice. 

Une représentante jeune du conseil exécutif de Rosemont, Jordanne Maynard, a également déploré, en fin de journée, que tout était « organisé à l’avance ».  « J’ai l’impression qu’on m’a fait venir au congrès pour servir de façade », a-t-elle déclaré.