/world/opinion/columnists
Navigation

L’art de foutre la merde

Coup d'oeil sur cet article

Donald Trump cultive l’art de foutre la merde avec une habileté sidérante. Cette fois, il vient de déclarer sur Twitter que les États-Unis devraient reconnaître que les hauteurs du Golan appartiennent à Israël. Aucun pays au monde n’a jusqu’à présent reconnu cette conquête israélienne.

Sur le terrain, une telle reconnaissance ne changerait rien. Mais en Israël, la déclaration de Trump sera interprétée comme un encouragement à accélérer l’annexion complète des territoires palestiniens de Cisjordanie.

C’est que le parti de Benjamin Netanyahou devrait gagner les élections du 7 avril prochain avec le soutien de partis fondamentalistes religieux qui réclament une annexion rapide de la Cisjordanie. Une telle annexion pourrait embraser toute la région. Elle plongerait probablement Israël dans le chaos.

1. Que sont les hauteurs du Golan ?

Les territoires des hauteurs du Golan ont été conquis aux Syriens en 1967, lors de la guerre des Six Jours. Ces territoires sont très importants pour Israël parce qu’ils servent de zone tampon, et surtout parce qu’ils contiennent d’importantes sources et réserves d’eau.

2. Quels sont les principaux éléments de la politique israélienne de Trump ?

La politique de Trump à l’égard d’Israël est un sujet d’ébahissement perpétuel. La nomination du gendre de Trump, Jared Kushner (un homme sans aucune compétence diplomatique), à la tête de la politique américaine avec Israël semble surtout profiter aux radicaux nationalistes religieux en Israël. Le déménagement de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, les coupures d’aide financière aux Palestiniens et surtout la politique violemment anti-iranienne de l’administration Trump indiquent un alignement servile des États-Unis aux politiques de Netanyahou et de sa coalition.

3. Pourquoi Trump appuie-t-il autant le gouvernement de Benjamin Netanyahou ?

Trump est surtout préoccupé par son électorat. Il cultive parmi sa frange la plus religieuse l’idée qu’il est un instrument de Dieu pour concrétiser le programme des forces américaines les plus conservatrices. D’ailleurs, cette semaine, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, n’a pas hésité à déclarer que Trump pourrait être un instrument de Dieu destiné à sauver Israël de l’Iran. Ajoutons qu’un nouveau mouvement aux États-Unis, le « Jexit », incite l’électorat juif américain à déserter les rangs du parti démocrate pour rejoindre le parti républicain.

4. L’alliance entre les États-Unis et Israël pourrait-elle changer ?

L’alliance entre les États-Unis et Israël n’est pas aussi forte qu’elle y paraît. Elle repose sur des intérêts qui sont très différents de part et d’autre. Pour les États-Unis, Israël est un allié régional indéfectible. Mais en réalité, le gouvernement israélien anticipe depuis longtemps le déclin de la puissance américaine et donc la fin possible de la protection militaire américaine dont jouit Israël. Pour se prémunir contre ce déclin, le gouvernement israélien aurait donc acquis de l’armement atomique. Mais surtout, à partir des années 90, Israël s’est rapproché de la Chine. Par exemple, Israël cherche à vendre à Pékin des technologies américaines ultra-avancées pour les avions de surveillance AWAC. La vente a finalement été bloquée par les États-Unis. À présent, le gouvernement américain tente de dissuader Israël d’intégrer le vaste réseau chinois des nouvelles routes de la soie. Il demande notamment au gouvernement israélien de ne pas accueillir les technologies 5G de la compagnie chinoise Huawei.

5. Israël va-t-il céder aux États-Unis ?

Pour le moment, Washington et Tel-Aviv donnent l’impression de marcher main dans la main. Le gouvernement israélien donne l’impression de chercher à tirer le maximum d’avantages des États-Unis pendant qu’il est encore temps.