/news/politics
Navigation

Premier budget caquiste: l’asphalte et le béton des routes au détriment du transport collectif

Le budget du gouvernement est moins généreux envers le transport collectif

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault a largement privilégié l’asphalte et le béton des routes au détriment du transport collectif dans son premier budget, malgré un engagement électoral clair et une augmentation importante des dépenses en infrastructures. 

Les investissements dans le réseau routier atteindront 24,5 milliards $ au cours des 10 prochaines années, une hausse de 23 % (4,5 milliards $), révèle le plan québécois des infrastructures (PQI) 2019-2029 déposé jeudi. 

Le président du Conseil du trésor Christian Dubé est beaucoup moins généreux pour les autobus, métros, tramways et trains : les crédits pour ces projets stagnent à 9 milliards $ pour la même période. 

Conséquence: la part des investissements destinés au transport en commun par rapport aux routes dans le PQI chute de 31 % à 27 %. 

Les groupes environnementaux déplorent ce choix «rétrograde». En campagne électorale, la CAQ affirmait pourtant dans son «plan de décongestion» qu’elle souhaitait une proportion moitié-moitié entre les deux secteurs. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 Recul 

 «On voit un virage à 180 degrés par rapport aux engagements. On le voit comme un recul. Le Québec se met en marche arrière sur les transports collectifs», dénonce le porte-parole de Greenpeace Patrick Bonin. Il estime que M. Dubé et la CAQ font preuve d’un «manque de vision totale». Équiterre se dit également déçu. 

 Le gouvernement n’est pourtant pas avare de projets à Montréal et à Longueuil, a répété son engagement pour la ligne bleue du métro et son appui au tramway de Québec. 

 Samuel Pagé-Plouffe, de l’organisme TRANSIT, qui veut favoriser le développement et l’amélioration des services de transport collectif au Québec, estime que les «signaux sont au rouge». 

 Il laisse la chance au coureur, mais reste sur ses gardes. «On va évaluer l’engagement de la CAQ sur l’ensemble du mandat. Il y a des sommes qui sont disponibles et qui vont probablement être budgétées plus tard», affirme-t-il. Il croit toutefois que les premières décisions du gouvernement sont de mauvais augure. 

 Routes en mauvais état 

 Il est légitime selon lui d’ajouter de l’argent pour entretenir le réseau routier, dont la moitié est en mauvais ou en très mauvais état. Mais il dénonce l’ajout de 650 M$ pour bonifier la capacité routière. 

 «D’un côté, il y a un empressement d’annoncer des sommes pour le troisième lien à Québec. Pendant ce temps, le transport collectif est presque absent», déplore-t-il. 

 Du côté du bureau du ministre Dubé, on affirme qu’en plus de l’enveloppe sectorielle, un montant de 4,3 milliards $ est réservé pour des projets à l’étude et dont l’évaluation des coûts est trop sommaire pour en faire une évaluation précise. 

 Les dépenses 

 Investissements dans les routes  

  •  Budget du PLQ 2018 pour 10 ans 20 G$ 
  •  Budget de la CAQ 2019 pour 10 ans 24,5 G$   

 Investissements dans les transports collectifs  

  •  Budget du PLQ 2018 pour 10 ans 9 G$ 
  •  Budget de la CAQ 2019 pour 10 ans 9 G$   

 Le déficit d’entretien des chaussées, ponts et viaducs en mauvais état  

  •  2018: 14,6 G$ 
  •  2019: 16,4 G$  

 50 % des chaussées sont dans un mauvais ou un très mauvais état. 

 Où va l’argent ? 

 Réseau routier  

  •  Bonification de l’offre de service: 18 % 
  •  Réparations et remplacements: 82 %   

 Transport collectif  

  •  Bonification de l’offre de service: 62 % 
  •  Réparations et remplacements: 38%