/news/currentevents
Navigation

Fin de la peine pour Omar Khadr

Fin de la peine pour Omar Khadr
David Bloom/Edmonton Sun

Coup d'oeil sur cet article

La peine de huit ans d’emprisonnement imposée aux États-Unis contre Omar Khadr pour avoir tué un soldat américain en Afghanistan alors qu’il n’avait que 15 ans en 2002 est terminée, a statué une juge de l’Alberta, lundi.

Le Canadien estimait que sa peine de huit ans, qui a été prononcée en 2010 aux États-Unis, était arrivée à échéance. La juge de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta Mary Morneau lui a donné raison lundi. Lorsqu’il avait obtenu une libération conditionnelle en 2015 après avoir porté sa culpabilité en appel, le décompte de sa peine s’était interrompu, ce qu’il contestait, car son appel n’a toujours pas été entendu. Sans cela, sa peine se serait terminée en octobre dernier.

Sur la colline parlementaire, le chef conservateur Andrew Scheer a dit qu’il allait examiner la décision rendue lundi. Il a tout de même profité de l'occasion pour critiquer de nouveau le fait qu’Ottawa ait versé une compensation à l’ancien enfant-soldat pour régler la poursuite qu’il avait intentée pour violation de ses droits en tant que citoyen canadien.

«Je continue de dire que si M. Khadr voulait vraiment prendre la responsabilité de ses actions, il aurait redonné tout l’argent qu’il a reçu du gouvernement du Canada aux familles de ses victimes», a-t-il commenté.

Omar Khadr aurait reçu une compensation de 10,5 millions $ en 2017 du gouvernement fédéral. La Cour suprême du Canada avait reconnu en 2010 que les droits de M. Khadr avaient été violés.

Aussi appelé à réagir peu après que la nouvelle soit tombée, lundi, le premier ministre Trudeau s’est contenté de dire que son gouvernement respecte la règle de droit et l’indépendance judiciaire lors d'un point de presse en Colombie-Britannique.

Né à Toronto, Khadr a reçu une peine de huit ans de prison par les autorités américaines en échange d’une reconnaissance de sa culpabilité pour le meurtre du soldat en Afghanistan. Il a aussi reconnu sa culpabilité aux accusations de crimes de guerre, complot, soutien matériel au terrorisme et espionnage. Il a été libéré sous caution en 2015 et il est toujours en attente de son appel pour sa condamnation pour crime de guerre aux États-Unis.

Omar Khadr a été emprisonné à la prison de la base militaire de Guantanamo alors qu’il n’avait que 15 ans. En 2010, il a reconnu sa culpabilité pour avoir tué ce soldat américain qui avait attaqué des talibans en Afghanistan. Le jeune avait suivi son père, abattu sur place.