/finance/business
Navigation

Les robots au service de l’aéronautique

L’usine d’APN à Québec fait plus de place aux robots

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Il viendra un temps où APN devra peut-être s’ouvrir à une capitalisation boursière, n’a pas exclu Yves Proteau, coprésident, qui affirme du même souffle que le siège social est à Québec pour y rester.

Coup d'oeil sur cet article

Le projet d’agrandissement de l’usine APN dans le Parc technologique à Québec est évalué à 20 M$ et permettra à l’entreprise qui fabrique des pièces de moteurs d’avion pour Pratt & Whitney (P&W) de poursuivre sa croissance pour les prochaines années.

Près de 4 M$ serviront à agrandir l’usine et 16 M$ seront investis pour acquérir des équipements à la fine pointe de la technologie dont de nouveaux robots industriels.

D’une petite « shop d’usinage » sur la rue Verret à Loretteville, APN s’est imposé au fil des ans comme manufacturier dans l’aéronautique. L’usine 4.0 fait déjà l’envie de plusieurs entreprises avec ses dix robots en mesure de produire 24 h sur 24.

Comptant 115 employés à Québec, l’entreprise peut fabriquer jusqu’à 1000 différentes pièces de moteurs d’avion pour P&W qui est un fournisseur d’Airbus.

« On double la superficie du premier plancher et on ajoute un deuxième étage pour la cafétéria, la salle des employés et des activités d’assemblage », a expliqué Yves Proteau, coprésident au cours d’une visite des lieux.

L’agrandissement prévoit l’ajout de 3000 mètres carrés. L’entreprise, qui est en forte croissance, a besoin de plus d’espace.

« Au début, on vendait à des tiers. Maintenant, on vend directement à P&W », a ajouté M. Proteau qui dirige l’entreprise avec son frère Jean Proteau.

APN fait partie du groupe APN Global, qui comprend six sociétés, et dont le chiffre d’affaires atteindra 46 M$ cette année.

« Pour l’usine de Québec, on avait prévu 20 % de croissance l’année dernière et 20 % cette année. Finalement, nous avons fini l’an passé avec 35 % et cette année, c’est plus de 50 %. On a donc décidé de devancer notre projet d’agrandissement. »

Crise de Boeing

Le développement du secteur aéronautique représente un potentiel « énorme », soutient le coprésident qui suit de près l’évolution de la crise que traverse Boeing.

« Ce n’est pas tout le monde qui va être capable de s’adapter à la quatrième révolution industrielle », dit-il.

« Changer quelque chose dans l’aéronautique, c’est très long. Quand Boeing dit qu’il va régler ça en deux semaines, j’ai des sérieux doutes. »

Selon lui, le salon international du Bourget en juin prochain pourrait donner de bons indicateurs par rapport au niveau de confiance des acheteurs envers Boeing.

Lorsqu’il envisage l’avenir, M. Proteau ne ferme pas la porte à une capitalisation boursière. Cela permettrait à l’entreprise d’avoir accès à de nouvelles sources de financement.

La Ville de Québec appuie financièrement la croissance d’APN par l’entremise du programme Vision entrepreneuriale Québec 2023. APN a reçu un appui financier de 1 M$ dernièrement, tout comme Intellinox qui a reçu une aide de 300 000 $ pour relocaliser son entreprise dans une nouvelle usine.

APN Global, c’est :

  • 6 sociétés dont APN Inc
  • Un chiffre d’affaires de 46 M$
  • 170 employés au total dont 115 à Québec
  • 5 % du chiffre d’affaires au Québec (95 % à l’étranger)
  • 2 usines à San Diego, en Californie