/news/health
Navigation

Des candidats à l’immigration floués de 9000 $?

Le CISSS Chaudière-Appalaches met en demeure un consultant en immigration qui l’aidait au recrutement de tunisiens

Coup d'oeil sur cet article

Le CISSS Chaudière-Appalaches met en demeure une entreprise d’accompagnement en immigration qui aurait floué des candidats à des postes de préposés aux bénéficiaires originaires de Tunisie en leur chargeant jusqu’à 9000 $ «de frais irréguliers». 

La direction du CISSS a confirmé au Journal avoir fait parvenir une mise en demeure à Cozy Immigration, entreprise avec qui elle avait signé un contrat de 280 000$ pour une mission recrutement en Tunisie. L’organisme reproche à l’entreprise d’avoir sous-traité une partie de son mandat à une autre entreprise, Succès Canada Immigration, qui elle, aurait abusé du portefeuille des candidats en leur faisant signer un contrat supplémentaire de 9000 $. 

«On a fait le constat qu’on nous avait menti sur plusieurs points. On a donc envoyé une mise en demeure à Cozy Immigration parce que notre lien contractuel était avec eux et que ce sont eux qui ont sous-traité à Succès Canada», explique Julie Gauthier, responsable du projet pour le CISSS. 

9000 $

Le centre intégré affirme n’avoir jamais vu le contrat que Succès Canada faisait signer aux Tunisiens. Selon Mme Gauthier, on leur avait présenté l’entente comme un forfait «tout-inclus» pour les candidats. Billets d’avion, examens médicaux, tout devait être couvert jusqu’à l’accès à la résidence permanente dans deux ans.

«Toutes les justifications qu’on avait eu au départ, qu’on croyait être un programme clé en main, il s’avère que ce ne serait pas compris dans le 9000$ et que ça s’ajouterait par la suite», souligne le CISSS, qui a fait analyser le document par des avocats spécialisés. «Comme tout bon contrat, il y a des paragraphes assez nébuleux. Ce n’est pas écrit clairement».

La mise en demeure donne maintenant 15 jours à Cozy Immigration et à Succès Canada pour résilier les contrats et rembourser les postulants qui avaient déjà versé le tiers du montant prévu, soit 3000 $ chacun. «On veut protéger les droits des 36 candidats, on ne veut pas qu’ils soient victimes de pratique abusive», indique Julie Gauthier.

Plainte déposée

Un aide-soignant tunisien qui était intéressé par le poste, mais qui a refusé de payer les 9000$ décrit les méthodes de Succès Canada Immigration comme du «trafic de contrat de travail».

«Le monsieur fait des suggestions comme un prêt à la banque ou si ton père a un bien immobilier, qu’il le vende. Et il finit son discours avec : ‘’organise toi, c’est une occasion en or’’», raconte Mohamed Bouzazi, choqué que la capacité financière ait primé sur les compétences à cause du contrat exigé par Succès Canada. «9000$ canadien, ça représente presque trois ans de salaire pour un aide-soignant ici».

Le CISSS Chaudière-Appalaches indique aussi avoir déposé une plainte au Conseil de règlementation des consultants en immigration du Canada. De son côté, la directrice de Cozy Immigration confirme avoir elle aussi envoyé une mise en demeure à Succès Canada Immigration. «Ces gestes, s’ils sont avérés, sont non seulement inacceptables, mais ils sont en totale rupture avec nos pratiques, nos valeurs et nos principes éthiques», affirme Nathalie Noël. Personne chez Succès Canada Immigration n’a retourné les appels du Journal.

Projet maintenu

Malgré ces complications, le CISSS Chaudière-Appalaches assure que son objectif demeure la venue des 36 préposés aux bénéficiaires.

«Ça ne change en rien le contrat de travail que l’on a avec eux. Que la suite se fasse avec Cozy Immigration, ou avec d’autres spécialistes en immigration, on va poursuivre nos démarches avec ces gens-là pour aller au bout du projet d’immigration», confirme la responsable du projet.

Les candidats sont toutefois quelque peu échaudés par les événements des dernières semaines. Plusieurs d’entre eux se posent des questions admet la direction. «Ce sont des gens très inquiets pour le moment. Mais ils sont soulagés de voir qu’on s’occupe d’eux. On leur a dit qu’on trouverait des solutions.»