/investigations
Navigation

Le sénateur Pratte se défend d’avoir été en conflit d’intérêts

Il reconnaît avoir reçu 13 visiteurs à titre de parlementaire dans les bureaux de Power Corporation

Sénateur  André Pratte
Photo d'archives, Ben Pelosse André Pratte dit avoir rencontré des citoyens à titre de sénateur dans son bureau chez Power Corporation.

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-journaliste André Pratte admet avoir reçu 13 fois des invités dans son bureau de la multinationale Power Corporation à titre de sénateur.

En avril 2016, André Pratte a quitté son poste d’éditorialiste en chef à La Presse pour être nommé sénateur par le premier ministre Justin Trudeau avec un salaire annuel de 150 600 $.

À ce moment, il est aussi devenu conseiller chez Power Corporation, dont son ex-employeur La Presse était une filiale.

Ce deuxième emploi lui procurait un bureau au siège social de Power, au centre-ville de Montréal.

Bureau au sénat et chez power

En entrevue à notre Bureau d’enquête, le sénateur Pratte a affirmé ne pas avoir déclaré au Sénat que la multinationale lui fournissait un bureau. Il a par contre déclaré ses fonctions chez Power.

« Comme ce bureau était fourni dans le cadre de mon emploi, je n’ai jamais considéré qu’il s’agissait d’un “avantage” au sens du code d’éthique, c’est-à-dire un cadeau susceptible d’influencer mes décisions comme sénateur », explique-t-il en entrevue.

Entre 2016 et 2018, en plus d’occuper ce double emploi, M. Pratte a tenu 13 rencontres en lien avec ses activités de sénateur dans son bureau chez Power Corporation.

Cela étonne le chargé de cours au département de sciences politiques de l’UQAM, André Lamoureux.

« Si on reçoit des gens directement dans les bureaux de Power Corporation à titre de sénateur, ça suscite un tas d’interrogations [...] Power a tellement d’activités que ce n’est pas long que des intérêts peuvent rebondir par rapport aux différents ordres de gouvernement. »

Toutes les précautions

En embauchant le sénateur Pratte à titre de conseiller, La Presse était en transition. Elle était en voie de devenir un organisme à but non lucratif (OBNL) et avait besoin de changements législatifs pour y parvenir.

André Pratte assure avoir pris toutes les précautions nécessaires pour jongler avec son double rôle.

« Aucune de ces rencontres tenues dans les bureaux de Power n’a porté sur des affaires gouvernementales liées aux activités de Power, notamment le dossier de l’aide aux médias. De plus, au Sénat, je me suis scrupuleusement tenu à l’écart de tout dossier qui pouvait avoir un lien avec les activités de Power », a-t-il expliqué en entrevue.

Les explications du sénateur québécois sont survenues après des publications simultanées sur Twitter et Facebook, hier matin, dans lesquelles il niait vigoureusement s’être placé en situation de conflit d’intérêts.

Sénateur  André Pratte
Photo courtoisie

Le sénateur Pratte s’est placé dans une position délicate avec ce double emploi, selon Benoît Cherré, professeur spécialiste en éthique à l’UQAM.

« Même si on est transparent, ça ne veut pas dire qu’on est innocent [...] Pour moi, il y a apparence de conflit d’intérêts. »

« Des fois, les apparences de conflit d’intérêts font plus de dégâts que les conflits réels. [...] Quelles sauvegardes ont été prises par rapport à ce dossier-là ? Il faudrait voir avec le commissaire à l’éthique quels sont les suivis qui ont été faits », croit également Marie-Soleil Tremblay, professeure à l’École nationale d'administration publique.

Hier, le Bureau du conseiller sénatorial en éthique n’a pas répondu à nos questions à ce sujet.

Ses 3 emplois chez Power

En plus de ses fonctions de sénateur rémunérées 150 600 $ par année, André Pratte a déclaré les trois emplois suivants depuis sa nomination

► Conseiller principal à l’emploi de Power Communications (2016 à 2018)

► Analyste stratégique, Power Corporation du Canada (2016 à 2018)

► Conseiller auprès du Comité d’investissement Sagard China (2016). C’était « simplement de donner quelques conseils sur l’évolution de la conjoncture économique en Chine », nous a-t-il affirmé.