/investigations
Navigation

Le sénateur Pratte demande une enquête sur lui-même

Sénateur  André Pratte
Photo Ben Pelosse André Pratte, Sénateur

Coup d'oeil sur cet article

Le sénateur André Pratte demande au Sénat de faire enquête afin de déterminer s’il a lui-même violé les règles du code d’éthique en raison de ses liens d’emploi avec la multinationale Power Corporation.

C’est M. Pratte qui en a fait l’annonce sur les réseaux sociaux hier matin, au lendemain de la parution d’un article de notre Bureau d’enquête sur ses liens avec son ancien employeur.

De 2016 à 2018, M. Pratte a été conseiller pour Power Corporation du Canada (PCC) en même temps qu’il était sénateur à un salaire annuel de 150 000 $. Le parlementaire a tenu 13 rencontres en lien avec ses activités de sénateur dans son bureau chez PCC.

André Pratte a refusé de nous dévoiler le salaire qu’il a touché pour son travail au sein de la firme.

Hier, le sénateur a écrit au conseiller à l’éthique pour lui demander si son travail chez Power était en violation avec le code d’éthique des sénateurs. L’ex-éditorialiste émérite demande entre autres s’il aurait dû déclarer qu’il disposait d’un bureau chez PCC.

Interrogé à ce sujet par courriel, M. Pratte a maintenu qu’il n’avait rien à se reprocher.

« Les apparences comptent, mais pas autant que les faits. Or, les faits indiquent clairement que je n’ai à aucun moment cherché à promouvoir les intérêts de PCC ou de La Presse dans mon travail de sénateur », a-t-il écrit.

Opposition indignée

Power Corporation avait embauché André Pratte à peu près au même moment où ce dernier était devenu sénateur, en 2016. À cette époque, le quotidien La Presse, l’une des filiales de PCC, était en voie de devenir un organisme à but non lucratif (OBNL) et avait besoin de changements législatifs pour y parvenir. M. Pratte avait comme mandat de conseiller cette transition.

Le Bureau du conseiller sénatorial en éthique a souligné hier être tenu à la confidentialité.

De son côté, l’opposition parlementaire a dénoncé la situation.

« C’est inacceptable que M. Pratte ait utilisé les bureaux de Power Corporation pour son travail parlementaire. Le NPD le dit depuis longtemps que les sénateurs sont non élus et n’ont pas de comptes à rendre », a déclaré le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice.

« Je ne suis même plus sûr qu’on puisse parler d’une apparence de conflit d’intérêts. Je pense qu’il y a un conflit évident, et ce n’est pas acceptable pour moi. Je ne comprends pas comment M. Pratte a pu se mettre les pieds dans les plats comme ça », a dénoncé pour sa part Rhéal Fortin, porte-parole en matière d’éthique pour le Bloc québécois.