/investigations/transports
Navigation

Un train peu habitué à l’hiver

Le modèle retenu par la Caisse de dépôt pour son futur REM n’a jamais connu le froid et la neige de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les contribuables québécois paieront 2,8 milliards $ pour acheter un modèle de train qui n’a jamais subi les rigueurs de l’hiver et qui roulera sur le Réseau express métropolitain de la Caisse de dépôt. 

Qu’ont en commun Lima (Pérou), Santiago (Chili), Sao Paulo (Brésil), Panama et Singapour ? Toutes ces villes ont déjà en exploitation le même modèle de train léger qu’a sélectionné la Caisse de dépôt pour son projet à Montréal. 

Il y a toutefois une différence de taille. Ces métropoles ne connaissent pas d’hivers rigoureux, alors que Montréal reçoit en moyenne plus de 200 cm de neige chaque année. 

C’est la première fois que le train automatisé « Métropolis », fabriqué par l’entreprise française Alstom, roulera dans des conditions hivernales où le mercure descend régulièrement sous la barre des -10 °C, voire -20 °C et moins. 

Alstom a fourni le train léger dont la construction s’achève à Ottawa. Là encore, la Ville a reçu du matériel utilisé dans des climats plus doux qui a été adapté à l’hiver. Il s’agit toutefois d’un autre modèle que celui sélectionné pour Montréal. 

Les premiers tests hivernaux, à Ottawa, au cours des derniers mois ont tourné au fiasco. 

Panneaux qui se détachent à cause de la glace, portes qui gèlent et systèmes de chauffage pas toujours fonctionnels : ces trains sont particulièrement mal adaptés à l’hiver, selon plusieurs reportages de CBC Ottawa. 

« Ces véhicules sont actuellement si peu fiables qu’il n’a pas été démontré que les opérations peuvent être maintenues pendant un événement météorologique hivernal », indique en anglais un rapport révélé par CBC au début du mois. 

Malgré tout, la Caisse de dépôt jure que les trains commandés pour le REM fonctionneront bien 365 jours par année. 

« Nous avons demandé des critères de conception particuliers pour nous assurer justement qu’ils puissent répondre aux conditions climatiques de Montréal, donc pas juste les conditions hivernales, mais aussi les importants changements de température », explique Jean-Vincent Lacroix, porte-parole de CDPQ Infra, la filiale de la Caisse qui construit le Réseau express métropolitain (REM). 

Plan hivernal d’entretien 

M. Lacroix dit qu’il y aura aussi un plan d’entretien des voies durant l’hiver qui exige notamment la présence de véhicules qui déneigent et entretiennent les voies. 

Il explique que les trains retenus à Ottawa ont un plancher plus bas et un moteur moins puissant que ce qui a été commandé pour Montréal. 

De son côté, Alstom assure que la météo montréalaise sera considérée lors de la conception des trains du REM. 

Planchers chauffants 

« Les seuils de porte ont été conçus en prévision d’accumulation de neige, les planchers seront chauffants, des coupleurs automatiques chauffés sont prévus aux extrémités des voitures, de l’équipement de protection contre la glace est prévu sur le châssis des voitures, les pare-brise seront chauffants, les vitres seront doublées et il y aura un grattoir à glace sur les pantographes [le dispositif articulé sur le train relié au réseau électrique] », détaille par courriel Michelle Stein, directrice des communications, Amérique du Nord. 

Elle assure aussi que ces trains roulent déjà dans des villes ayant « des conditions hivernales comparables au Canada », en citant notamment Varsovie (Pologne) et Budapest (Hongrie). Elle a toutefois omis de mentionner que ces systèmes sont souterrains, tandis que le REM sera hors terre.   

Ça va mal à Ottawa

Comme à Montréal, le train léger en construction à Ottawa est fabriqué par Alstom et il n’avait jamais connu l’hiver comme au Canada. Les problèmes s’accumulent depuis quelques mois.  

  •  La Ville n’a pas pu tester les nouveaux trains pendant six jours suivant une tempête de neige majeure en février. 
  •  Un train est resté pris entre deux stations pendant deux jours à cause de cette même tempête. 
  •  Des panneaux extérieurs se sont détachés ou ont cassé à cause d’une accumulation de neige sur les trains. 
  •  Les portes restaient « fréquemment » fermées à cause de la glace et la neige. 
  •  Les freins et le bogie, soit le chariot sous le wagon auquel sont attachés les essieux et les roues, gèlent si les véhicules restent immobiles lorsqu’il neige.  

 Source : Reportages de CBC News Ottawa 

 Où roule le futur train du REM ?  

  •  Amsterdam (Pays-Bas) 
  •  Barcelone (Espagne)* 
  •  Budapest (Hongrie)* 
  •  Caracas (Venezuela)* 
  •  Chennai (Inde)* 
  •  Istanbul (Turquie)* 
  •  Kochi (Inde) 
  •  Lima (Pérou) 
  •  Los Teques (Venezuela) 
  •  Lucknow (Inde) 
  •  Nanjing (Chine) 
  •  Panama (Panama) 
  •  Paris (France)* 
  •  Santiago (Chili)* 
  •  Saint-Domingue (République dominicaine)* 
  •  São Paulo (Brésil) 
  •  Shanghai (Chine) 
  •  Singapour (Singapore) 
  •  Xiamen (Chine)*  

 *Réseau principalement souterrain, mais ayant certaines stations hors terre.