/investigations
Navigation

Une catholique convaincue enquête sur les prêtres

La juge à la retraite Anne-Marie Trahan est chancelière d’un ordre religieux

Une catholique convaincue enquête sur les prêtres
Photo tirée de la page Facebook de l’Ordre de Malte du Canada

Coup d'oeil sur cet article

La proximité entre l’Église catholique et l’ex-juge chargée de l’enquête sur les agressions sexuelles des prêtres fait sourciller le Comité des victimes de prêtres.  

L’ancienne juge de la Cour supérieure du Québec Anne-Marie Trahan est chancelière du pendant canadien de l’Ordre de Malte depuis 2017.  

L’ordre religieux caritatif a été fondé à l’époque des croisades, il y a plus de 500 ans.  

Selon le directeur de le Comité des victimes de prêtres (CVP), Carlo Tarini, les liens de Me Trahan avec l’Ordre de Malte ne « peuvent que nuire » à la crédibilité de l’enquête annoncée cette semaine.  

« Le processus est complètement biaisé, juge M. Tarini. Quand un rapport sortira, on pourra même se questionner sur la qualité des statistiques. »  

 M. Tarini estime que la neutralité de l’ex-juge est compromise.  

 « Je crois que Mgr Christian Lépine [l’archevêque de Montréal] a commis une erreur de jugement en choisissant quelqu’un qui ne fait pas l’unanimité, surtout auprès des victimes », soutient-il.  

 Conflit d’intérêts ?  

 Via l’Ordre de Malte, Anne-Marie Trahan est liée à la direction de deux diocèses sur lesquels elle doit enquêter.  

 Mgr Raymond Poisson, évêque auxiliaire au diocèse de Saint-Jérôme et anciennement évêque de Joliette, est le chapelain principal (représentant de l’Église) au sein de l’Ordre. On peut le voir sur plusieurs photos en compagnie de Me Trahan, a constaté notre Bureau d’enquête.  

 « C’est vrai qu’ils se connaissent personnellement », convient Mgr Christian Lépine.  

 Celui-ci ne voit toutefois aucun problème à ce que Me Trahan mène l’audit.  

« Si elle avait travaillé dans l’organisation même du diocèse, je serais d’accord avec la réserve [du CVP]. Mais l’Ordre de Malte est complètement distinct. »  

Mgr Lépine dit avoir choisi Anne-Marie Trahan en fonction de son expérience de juge.  

« En ce qui me concerne, ça pourrait être un juge sikh, athée ou musulman », assure-t-il.  

Il a été impossible de joindre Me Trahan hier.  

Le commentateur de l’actualité religieuse, Alain Pronkin, ne voit pas non plus de conflit.  

« Ce n’est pas comme si elle faisait partie de l’Opus Dei. L’Ordre de Malte, c’est plus un organisme humanitaire. Ce n’est pas le genre d’ordre qui va influencer sa neutralité. »  

M. Pronkin se questionne­ tout de même sur la portée du mandat de Me Trahan.  

« Est-ce qu’elle va avoir tous les outils pour faire son travail ? C’est ça, la vraie question », croit-il.  

Qu’est-ce que l’Ordre de Malte ?    

  •  L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem est fondé au 11e siècle, à l’époque des croisades.  
  •  Chassés du Moyen-Orient, les chevaliers de l’Ordre se réfugient à Malte au 16e siècle, d’où le nom d’Ordre de Malte.  
  •  De nombreuses branches s’installent partout dans le monde. L’ambulance Saint-Jean est d’ailleurs fondée par le pendant britannique au 19e siècle.  
  •  L’association canadienne a été fondée dans les années 1950.  
  •  Bien qu’essentiellement caritatif, l’Ordre suit les directives du Vatican. « Le Saint-Père a demandé que l’Ordre accentue sa spiritualité et sa vie morale », souligne l’actuel président canadien, Roman J. Ciecwierz, dans le bulletin associatif de mars 2018.