/travel/destinations
Navigation

Bretagne: La Traversée moderne d’un vieux pays

Saint-Malo, la cité corsaire et ses remparts.
Photo courtoisie, Franck Tomps, LVAN Saint-Malo, la cité corsaire et ses remparts.

Coup d'oeil sur cet article

BRETAGNE | Quand quatre villes de la Bretagne s’unissent pour faire découvrir leurs trésors cachés, ça donne un parcours ludique et original appelé la Traversée moderne d’un vieux pays. On y va ?

Inspiré par l’hymne de la Bretagne qui parle de ce territoire comme du vieux pays, le Voyage à Nantes, l’organisme qui a su infiltrer l’art partout dans cette ville, s’est associé aux Offices de tourisme des villes de Saint-Nazaire, Rennes, Saint-Malo et du Mont-Saint-Michel.

Ensemble, ils ont recensé des sites méconnus, des lieux d’histoire, des plages secrètes, des curiosités et de bonnes adresses que l’on négligerait en ne se concentrant que sur la destination finale.

Ce circuit, que l’on peut personnaliser selon nos intérêts et nos désirs, peut se faire en un seul périple ou s’étaler en plusieurs segments. Chose certaine, il permet d’en apprendre davantage sur cette région et son histoire et de s’enrichir de souvenirs uniques.

Rennes, la capitale bretonne, possède la plus grande concentration de maisons à pans de bois du pays.
Photo courtoisie, Franck Tomps, LVAN
Rennes, la capitale bretonne, possède la plus grande concentration de maisons à pans de bois du pays.

De belles surprises

Le programme est établi au départ de Nantes, cette ville transformée dont on découvre les attraits en suivant une ligne verte, au sol. Longue de 10 km, elle invite à 24 lieux, dont le spectaculaire Château des Ducs de Bretagne (15e siècle).

Sur l’île de Nantes, en lieu et place des anciens chantiers navals sont installées les incontournables Machines de l’île, ces géants articulés qui nous font retomber en enfance et dont le génie technique nous rappelle que nous sommes dans la ville natale de Jules Verne.

C’est également dans cette ville, plus précisément sur les deux rives de la Loire, que l’on peut admirer plusieurs des 30 installations du Parcours estuaire qui prend fin à Saint-Nazaire. Installées dans des sites chargés d’histoire, ces œuvres d’art surprennent, questionnent et font sourire, mais ne laissent personne indifférent.

À Dinan, les remparts offrent une vue imprenable sur la Rance, ce fleuve qui servait autrefois de trait d’union entre Dinan et Saint-Malo.
Photo Lise Giguère
À Dinan, les remparts offrent une vue imprenable sur la Rance, ce fleuve qui servait autrefois de trait d’union entre Dinan et Saint-Malo.

Une fois à Saint-Nazaire, que l’on soit ou non un amoureux des croisières, il faut obligatoirement s’offrir une visite guidée de leur chantier naval (Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire), où sont construits plusieurs des paquebots géants qui naviguent sur les océans.

On appréciera également la visite de l’Escal’Atlantic, qui raconte la vie à bord de ces géants des mers depuis leur début jusqu’à aujourd’hui. Mais cette ville, détruite à 85 % pendant la guerre 39-45 et entièrement reconstruite, exige aussi que l’on s’éloigne de son centre pour s’offrir de belles expériences, comme la découverte de ses marais salants en compagnie d’un Paludier.

Dans Rennes, la capitale bretonne, on s’attarde pour admirer la plus grande concentration de maisons à pans de bois du pays avant de se diriger vers la campagne, vers Hédé-Bazouges, une spectaculaire succession de 11 écluses.

À Dinan, la plus belle ville médiévale de Bretagne, on s’attarde le long de ses remparts qui offrent une vue imprenable sur la Rance, ce fleuve qui servait autrefois de trait d’union entre Dinan et Saint-Malo.

« La Maison dans la Loire », une œuvre du Parcours estuaire que l’on peut admirer a Couëron.
Photo courtoisie, Bernard Renoux
« La Maison dans la Loire », une œuvre du Parcours estuaire que l’on peut admirer a Couëron.

Aujourd’hui, c’est par un pont enjambant la Rance que l’on se dirige vers l’ancienne cité des Corsaires. C’est également l’occasion de visiter la Malounière de la Villa Bague. Cette authentique maison de corsaire du 18e siècle fait maintenant office de B&B.

Après une petite virée à Dinard, dont les jolies villas à l’architecture Belle Époque rappellent que cet endroit était, au 19e siècle, une station balnéaire des plus populaire, on poursuit avec les surprises de la Côte d’Émeraude, de Cancale, jadis réputée pour ses marins engagés dans la « grande » pêche sur les morutiers à Terre-Neuve, de Saint-Briac-sur-mer et de toutes ses plages, dont certaines offrent de belles surprises, comme le Fort Guesclin où a longtemps vécu Léo Ferré.

C’est en multipliant les découvertes que l’on aperçoit tout à coup se dessiner au loin le Mont-Saint-Michel, qui marque notre entrée en Normandie et la fin de ce périple hors du commun.

Notre collaboratrice était l’invitée d’Atout France. Le transport était assuré par Air France et Rail Europe.

Où dormir

Où manger