/misc
Navigation

Des calamités qui font vraiment peur

Randonnée pédestre
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’un chasseur se déplace en forêt, armé jusqu’aux dents, que pourrait-il bien craindre ?

Imaginez un scénario d’horreur mettant en vedette de sataniques petites bibittes qui vous piquent et vous rendent vraiment malade. C’est exactement ce qui se passe chez nous depuis quelques années. Que vous soyez un randonneur qui se promène en nature, un pêcheur qui se rend à son lac préféré ou un nemrod à l’affût ou qui fait de la chasse fine, retenez que vous êtes à risque de vous faire piquer par une tique qui peut vous causer bien des maux.

Monstres miniatures

Une étrange maladie s’est développée en 1977 dans la ville de Lyme, au Connecticut. Depuis lors, des milliers de personnes ont été infectées aux États-Unis, en Europe ainsi qu’au Canada. Les premiers cas ont été détectés en 2005 dans la Belle Province.

La prochaine fois que vous irez en forêt, vous auriez peut-être intérêt à porter des pantalons longs, un chandail à manches longues, des souliers fermés et à utiliser du chasse-moustiques pour éviter tout contact avec les tiques qui pourraient vous transmettre la maladie de Lyme.
Photo courtoisie
La prochaine fois que vous irez en forêt, vous auriez peut-être intérêt à porter des pantalons longs, un chandail à manches longues, des souliers fermés et à utiliser du chasse-moustiques pour éviter tout contact avec les tiques qui pourraient vous transmettre la maladie de Lyme.

Le responsable est une petite tique qui mesure d’un à trois millimètres. Cet acarien parasitaire est connu sous les noms de « tique du chevreuil », « tique à pattes noires » ou « tique de l’ours ». Il se nourrit du sang des animaux ainsi que de celui des humains. Lorsqu’il est gorgé de votre liquide organique vital de couleur rouge ou de celui d’une bête, il devient trois fois plus volumineux.

Cycle de vie

Cette bestiole pond des œufs au printemps. Au cours des semaines qui suivent, après l’éclosion, les larves s’accrochent à des souris ou à des tamias rayés (communément appelés suisses) et elles s’abreuvent de leur sang, tel un vampire. Elles se transformeront en nymphes, l’automne venu. Ces acariens sommeilleront ensuite tout au long de l’hiver.

Le printemps suivant, elles se délecteront à nouveau du sang de l’un des deux rongeurs cités auparavant. Si les tiques s’attaquent à des souris porteuses de la bactérie qui se nomme Borrelia Burgdorferi, elles seront alors contaminées et pourront éventuellement transmettre la maladie de Lyme. Sinon, il n’y a pas vraiment de risque, même si elles vous piquent, mis à part le désagrément. Après avoir ingurgité le liquide vital des petites bêtes, elles les délaisseront et tomberont par terre. Au cours des semaines suivantes, elles deviendront des adultes. Les femelles tenteront alors de trouver d’autres rongeurs et de sucer leur sang pour une dernière fois afin de nourrir leurs œufs. Le cycle infernal recommencera au printemps suivant, lorsqu’elles pondront.

Dangers

Dès que le thermomètre indique 4 degrés Celsius ou plus, les tiques sont prêtes à passer à l’action, que ce soit dans le bois ou dans les herbes hautes. Retenez qu’en raison du cycle de vie expliqué précédemment, il semblerait qu’elles soient plus actives lors des premières journées ensoleillées du printemps jusqu’en juin, puis lorsque le temps se rafraîchit l’automne.

Certains accessoires, tels ces pieds de biche, peuvent vous aider à extirper ces satanées bestioles de votre peau.
Photo courtoisie
Certains accessoires, tels ces pieds de biche, peuvent vous aider à extirper ces satanées bestioles de votre peau.

Ces bibittes vont escalader la végétation ou de longues brindilles d’herbes et attendre patiemment qu’un hôte passe à proximité, qu’il soit animal ou humain. Ce qui est alarmant, c’est que leurs piqûres sont indolores la plupart du temps et on ne s’en aperçoit pas. Toutefois, en étant beaucoup plus grosses, à la suite de l’ingestion de votre sang, elles sont plus faciles à voir sur votre peau. Si vous en apercevez une sur votre épiderme, portez une paire de gants et servez-vous d’un crochet à tique DDR Plein Air, qui ressemble à un pied de biche, d’un autre modèle spécialisé ou d’une pince à sourcils pour l’extirper. Vous devez l’agripper le plus près possible de la tête, puis tourner comme si vous vouliez la dévisser. Il ne faut pas tirer de bas en haut afin d’éviter que la tête demeure en vous et attention de ne pas compresser l’abdomen gorgé de sang qui pourrait amplifier l’infection.

Si vous devenez l’hôte d’un de ces parasites infectés, vous ressentirez les premiers symptômes de 3 à 30 jours après l’épisode. Selon le site gouvernemental de santé du Québec, vous pourriez alors éprouver les effets d’une mauvaise grippe accompagnée de fièvre, de fatigue, de maux de tête, de raideur à la nuque ou de douleurs musculaires et articulaires. Même si la rougeur disparaît, vous devez vous faire soigner, car il pourrait s’ensuivre des complications d’ordre articulaires, neurologiques et cardiaques.

Le ministère de la Santé nous informait que le nombre de cas de la maladie de Lyme diagnostiqués au Québec avait grimpé de 165 % de 2016 à 2017.

Pour minimiser les attaques et vous protéger, portez des vêtements longs, des souliers fermés et utilisez un insectifuge renommé comme le Watkins, le Great Outdoor, etc.