/lifestyle/family
Navigation

Le plus beau mot du monde

Les hauts et les bas de la vie de maman, racontés avec franchise et autodérision

Le plus beau mot du monde
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

C’est immanquable. Chaque fois que je passe la porte de la salle de bain, je l’entends se précipiter dans ma direction comme si sa vie en dépendait.

Si je veux 2 minutes de solitude, j’ai intérêt à faire vite pour verrouiller parce que ses petites mains attrapent la poignée à la vitesse de l’éclair, la tournant dans tous les sens dans l’espoir que la porte s’ouvre. Et l’insistance de mon 3 ans se fait entendre. « Maman ! Maman ! Mamaaaaaaan ! » Comme une alarme d’auto version maman. Puis je me rappelle qu’il n’y a pas si longtemps, je me languissais de me faire appeler maman.

Aussitôt que notre plus vieux a passé le cap des 6 mois, mon mari et moi étions attentifs au moindre gazouillis dans l’espoir que s’échappe de sa bouche un mot, n’importe quel mot, mais surtout ce mot. Maman.

Oui, ce mot qui te fait immanquablement pleurer la première fois que tu l’entends. Le plus beau mot du monde. Jusqu’à ce que tu l’entendes un million de fois par jour.

Maman.

Cinq lettres empreintes d’amour inconditionnel, de douceur, de réconfort.

« Maman, viens ici ! »

« Mamaaaaaaan ! » (me pointant la bulle de morve qui lui sort du nez)

« Maman, j’ai fini mon caca ! »

« Maman, il est où ton pénis ? »

« Maman ! Maman ! Mamaaaaaaan ! »

« Maman, je veux [insérer la liste interminable des besoins potentiels d’un enfant de 3 ans et demi]. »

Ne vous méprenez pas, j’adore mes enfants. Plus que tout au monde. Plus qu’Amazon Prime ou qu’un pot d’Häagen-Dazs. Plus même que Jamie dans Outlander. T’sais. Je blague.

MAIS. Si j’entends « Maman » juste une autre fois aujourd’hui, je ne répondrai plus de moi-même.

Au fait, je viens de googler « Combien de questions les enfants posent dans une journée ? » parce que je sais que je ne suis pas la seule à vivre ça. Êtes-vous prêts ? Selon une étude britannique*, les mères reçoivent près de 300 questions par jour de leurs rejetons. Ça fait de nous les personnes les plus questionnées au monde, devant les enseignants, les médecins et les infirmières.

Pas étonnant que j’oublie de répondre à des courriels, que le lavage s’accumule et que je me retrouve toujours à magasiner les cadeaux à la dernière minute (mon amour pour Amazon Prime ne connaît pas de limites). Je suis constamment interrompue.

En même temps, je peine à me faire à l’idée qu’un jour, mon 3 ans et demi en aura 18 et qu’un matin, je me réveillerai sans personne pour me bombarder de questions à longueur de journée. Juste d’y penser, j’en ai les yeux mouillés. Assez pour que j’essaie fort de me retenir de perdre patience la prochaine fois que j’entendrai un « maman » de trop.

Parce que ça reste encore et toujours le plus beau mot de cinq lettres du dictionnaire. Avec le mot « amour ».