/world/opinion/columnists
Navigation

Quelle sera la suite du Brexit?

Coup d'oeil sur cet article

Le Royaume-Uni devait sortir hier de l’Union européenne. Mais une fois de plus, ses élus ont été incapables de s’entendre. Le Brexit est le symptôme d’un mal plus profond qui ronge l’Union.

Beaucoup des pays membres se sentent désavantagés par les politiques du parlement européen. Les récents accords entre la Chine et l’Italie constituent le dernier symptôme d’une maladie du Brexit qui s’étend partout dans l’Union européenne. D’ailleurs, les sondages sur les élections européennes de mai prochain indiquent que les députés anti-européens pourraient y réaliser une percée importante.

1. Pourquoi le Parlement britannique ne parvient-il pas à s’entendre sur le Brexit ?

Le parti de la première ministre, Theresa May, est minoritaire. Mais les députés pro et anti-Brexit se trouvent dans tous les partis en chambre. Ceux qui sont contre le Brexit ne vont jamais voter en faveur d’une telle entente, peu importe ses modalités. Ceux qui sont en faveur, mais qui refusent de voter pour l’entente actuelle, le font pour divers motifs. Les députés d’Irlande du Nord veulent que les biens et les personnes puissent transiter de manière fluide dans toute l’Irlande. D’autres députés redoutent que l’entente actuelle emprisonne la Grande-Bretagne dans un libre-marché européen trop contraignant. Certains, enfin, veulent faire tomber la première ministre.

2. Quelle sera la suite du Brexit ?

Les partisans du Brexit ont raison au moins sur un point : l’incapacité des élus de s’entendre sur le Brexit constitue un déni de démocratie. En effet, 52 % des Britanniques ont voté en faveur du Brexit. Ne pas appliquer le Brexit, pour une raison ou pour une autre, reviendrait à légiférer en faveur des 48 % qui ont rejeté le Brexit. En théorie, un Brexit brutal, sans entente avec l’Europe est possible. Mais personne ne souhaite une telle sortie, parce que l’économie pourrait beaucoup en souffrir. Selon toute vraisemblance, les députés britanniques vont demander de nouveaux délais à l’Union européenne.

3. L’Union européenne va-t-elle accorder de nouveaux délais ?

La Grande-Bretagne a officiellement jusqu’au 12 avril pour accepter l’entente de Brexit proposée par l’Europe. Après quoi, les dirigeants européens pourraient imposer de nouvelles conditions à la Grande-Bretagne en échange de délais de sortie plus longs. Sauf que la majorité des dirigeants européens détestent cette option. C’est que les Britanniques pourraient bien faire élire un fort contingent de députés anti-européens aux élections européennes de mai prochain.

4. Pourquoi un sentiment anti-européen se propage-t-il en Europe ?

Tout simplement parce que des nations souveraines sont en train de se transformer en nations fédérées, donc soumises à un pouvoir central européen fort.

5. Pourquoi les accords avec la Chine illustrent-ils le manque de cohésion de l’Europe ?

La Commission européenne est très critique face aux ambitions de la Chine. Elle veut des ententes de réciprocité avec Pékin avant d’ouvrir davantage les marchés européens. Mais le week-end dernier, le gouvernement italien a signé avec la Chine d’importants accords qui vont incorporer l’Italie aux réseaux commerciaux chinois, les nouvelles routes de la soie. En échange d’injection de capitaux chinois dans plusieurs projets, l’Italie ouvre à la Chine divers marchés. Emmanuel Macron, qui semblait critique face à la Chine, a profité de la visite en France du président chinois pour annoncer la vente de 300 appareils Airbus à Pékin. Bref, les intérêts commerciaux à court terme des pays membres priment souvent sur les intérêts politiques de l’Union européenne. C’est ce genre de prostitution qui alimente la maladie du Brexit.