/weekend
Navigation

Sport extrême

Sport extrême
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Benoît Brière emprunte le langage coloré de Madame Lebrun pour décrire son état physique et mental, en décembre dernier, après avoir tourné 14 épisodes en 14 semaines du populaire sitcom. « J’avais la plotte à terre ! » s’exclame le comédien en entrevue au Journal.

Difficile de mettre en doute la parole de Benoît Brière quand on connaît les exigences d’un enregistrement devant public. Tête d’affiche de l’adaptation québécoise de Mrs Brown’s Boys depuis ses débuts à Super Écran en 2015, il devait apprendre l’équivalent d’une pièce de théâtre par semaine pour respecter ses engagements le soir venu et ainsi satisfaire les attentes des 350 personnes qui s’étaient déplacées.

« C’était costaud, avoue le comédien. C’était extrêmement exigeant, mais c’était faisable. Ce n’est pas un processus qui m’a été imposé. On s’en était parlé avant. Le rythme a fait en sorte qu’on était constamment sur l’adrénaline. À la fin, j’étais épuisé, mais très heureux. Et j’espère qu’on pourra faire d’autres saisons. »

La tâche était d’autant plus colossale que depuis cette année, les épisodes de Madame Lebrun durent 44 minutes (et non plus 30 minutes), histoire qu’ils puissent éventuellement mieux intégrer la grille horaire de Canal D après leur passage à Super Écran.

Made in Québec

Autre nouveauté majeure cette saison : les scénarios sont 100 % québécois. La série originale irlandaise comptant seulement 25 épisodes, un groupe d’auteurs formé de René-Richard Cyr, Pascal Blanchet, Dominic Quarré, Daniel Michaud et Daniel Gagnon a pondu 14 épisodes.

« On s’est permis d’aller plus loin dans plusieurs affaires. Avant, la mise en scène était un quasi-copier-coller des épisodes originaux. Cette fois, on partait de rien. Ça demandait un plus grand travail, mais tout aussi – sinon plus – agréable. »

Malgré une recette différente sur plusieurs points, la magie semble avoir encore une fois opéré, puisqu’aux dires de Benoît Brière, chaque enregistrement prenait des airs de « show rock ». « Pour un acteur, c’est une drogue inouïe de pouvoir jouer devant des gens tellement enthousiastes. »

Bientôt Broue

Ce printemps, Benoît Brière prépare – avec Martin Drainville et Luc Guérin – le remake de Broue. Le trio succédera à Michel Côté, Marcel Gauthier et Marc Messier à compter du 6 juin au théâtre du Vieux-Terrebonne. « Claude Meunier nous aide beaucoup, révèle le bourreau de travail. Il avait imaginé quelques corrections au fil des années. On étudie ça. »

La nouvelle mouture de Broue présentera quelques différences avec l’originale, présentée à 3300 reprises de 1979 à 2017. Pour éviter toute confusion, l’action sera clairement située en 1979 au moyen de documents audiovisuels qui seront présentés entre chaque sketch. Quant aux nombreux personnages initialement interprétés par Côté, Gauthier et Messier, ils seront également redistribués entre Brière, Drainville et Guérin en fonction du casting de chacun.

Populaire

Dans cette vague de changements, une chose est demeurée stable : l’engouement du public pour Broue. Jusqu’à présent, 25 000 billets ont été vendus, loin devant toutes les autres productions présentées au cours des précédents étés par Benoît Brière, Martin Drainville et Luc Guérin au théâtre du Vieux-Terrebonne. « L’an dernier, on avait atteint 10 000 billets en prévente en avril. On avait fini par faire 65 shows à 98,5 % de capacité. Cette année, on s’apprête à annoncer qu’on va être à guichets fermés durant tout l’été. »

L’aventure Broue, nouvelle génération, est loin d’être terminée. Pas moins de 237 représentations sont officieusement prévues au cours des prochaines années au Québec. « L’intérêt est tellement grand qu’en principe, ça devrait nous mener jusqu’à la fin de 2021 », affirme Benoît Brière.


► Super Écran diffuse la 4e saison de Madame Lebrun à compter de mercredi 20 h. La saison 3 est présentée à Canal D le samedi à 21 h.