/news/politics
Navigation

Projet de loi sur la laïcité : «au Québec, c’est comme ça qu’on vit», dit François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Dans un court discours adressé aux Québécois dimanche, le premier ministre du Québec François Legault a défendu son projet de loi sur la laïcité en affirmant qu’il était nécessaire de mettre en place des «règles claires» concernant les signes religieux pour certains employés de l’État.   

 «Au Québec, cela fait longtemps qu’on a décidé de séparer la religion et l’État, et cela fait plus de dix ans qu’on débat des signes religieux. Il est temps de fixer des règles parce qu’au Québec, c’est comme ça qu’on vit», a affirmé François Legault dans une vidéo de 2 min 25 s diffusée sur internet, qui avait été préenregistrée à la suite du dépôt de son projet de loi jeudi dernier à l’Assemblée nationale. 

Le chef de la Coalition avenir Québec a souligné que son projet de loi, qui interdit notamment le port de signe religieux pour les policiers, les gardiens de prison ou les enseignants du primaire et du secondaire, «est modéré, comme le sont les Québécois». 

«La laïcité ne va pas à l’encontre de la liberté de religion. Chacun va rester libre de pratiquer la religion de son choix, mais il faut fixer des règles et c’est ça qu’on fait. C’est une approche qui respecte notre histoire, nos valeurs et ce que souhaite une grande majorité de Québécois», a-t-il mentionné. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

François Legault a précisé que la clause de droit acquis, qui permet à ceux déjà en poste arborant un signe religieux de continuer à afficher leur croyance, constitue un «compromis». 

Il a réitéré qu’en vertu de cette proposition législative, les services publics doivent être donnés à visage découvert et que toute personne recevant un service public devra se découvrir à des fins d’identification ou pour des raisons de sécurité. 

Le premier ministre du Québec a ajouté que le recours à la clause dérogatoire sert à éviter des contestations juridiques, puisque ce projet de loi violerait probablement les chartes des droits et libertés. «C’est un outil légitime qui a déjà été utilisé par René Levesque et Robert Bourassa», a fait valoir le leader de la CAQ. 

Ce projet de loi a été vivement critiqué par le premier ministre fédéral Justin Trudeau, le chef du NPD Jagmeet Singh, la mairesse de Montréal Valérie Plante, Québec solidaire, la Fédération autonome de l'enseignement, la Commission scolaire English-Montreal, de nombreuses associations représentants des musulmans ou des juifs ainsi que d’autres de la société civile comme la Fédération des femmes du Québec et Amnistie internationale Canada francophone.