/opinion/columnists
Navigation

La laïcité expliquée aux petits lapins

Cette loi est le résultat d’un long processus historique!

Coup d'oeil sur cet article

Salut, mon lapin ! Ça va ?

Si tu as deux minutes entre deux séances d’indignation, mononcle Richard aimerait te parler.

Mais je t’avertis : ce que je vais te dire risque de secouer tes idées reçues.

Tu vas avoir le goût d’aller te réfugier dans ton safe space, de te rouler en boule et de pleurer à gros bouillons.

DES DÉBATS AILLEURS AUSSI

Tu as sûrement entendu dire que le projet de loi sur la laïcité du gouvernement caquiste est méchant.

Méchant, méchant, méchant.

Et raciste, en plus.

Hou, qu’il est raciste le méchant projet de loi du gouvernement caquiste !

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Eh bien, c’est faux.

Premièrement, ce projet de loi vise TOUS les signes religieux, quels qu’ils soient. Par exemple, les fonctionnaires pastafaristes, qui croient que le monde a été créé par un monstre de spaghetti volant, ne pourront porter une passoire sur la tête.

Deuxièmement, les musulmans qui pourfendent le projet de loi 21 parlent fort. Mais ils ne sont pas représentatifs de la communauté musulmane dans son ensemble.

Pas plus que l’Association québécoise des personnes de petite taille ne parle au nom de tous les Québécois de petite taille. Ce n’est pas parce que deux personnes sont petites qu’elles pensent pareil.

Beaucoup de musulmans appuient l’interdiction des signes religieux chez les fonctionnaires en position d’autorité.

En Algérie, le niqab (considéré par le ministre des Affaires religieuses comme « un habit étranger aux traditions et à la culture algériennes ») est interdit à l’école et dans les institutions publiques.

Une bonne partie de la population égyptienne veut qu’on l’interdise.

Et en 1987, l’État tunisien a interdit le voile dans l’administration publique.

Renseigne-toi. Informe-toi.

Tu découvriras que le Québec n’est pas seul : la question du voile fait l’objet de débats houleux dans plusieurs pays musulmans.

UN LONG FLEUVE TRANQUILLE

Mais revenons au Québec.

Le projet de loi 21 ne sort pas de nulle part. Il est le résultat d’un long processus historique.

Je sais qu’on te parle beaucoup des Amérindiens — pardon, des autochtones — pardon, des Premières Nations dans tes cours d’histoire.

Mais connais-tu la Révolution tranquille ?

Au Québec, l’Église catholique a longtemps maintenu les Québécois dans l’ignorance. Livres interdits, films censurés, femmes encouragées à avoir 14 enfants, archevêques qui disaient aux gens comment voter (« le ciel est bleu et l’enfer est rouge »), etc.

Je suis sûr qu’on t’a enseigné tout ça (rire sarcastique, émoticône « Yeah, sure »).

Mais les gens ont décidé de mettre fin à ce joug.

Un, ils ont déconfessionnalisé les écoles. Deux, ils ont dit aux curés de ne plus se mêler de politique. Trois, ils ont mis fin à la collusion des pouvoirs civils et religieux. Quatre, ils se sont assurés que l’Église n’aurait plus qu’un pouvoir formel.

Et voici maintenant la suite...

Cinq, on sort le crucifix des lieux de pouvoir. Et six, on interdit aux fonctionnaires en position d’autorité de porter un signe religieux.

EN LIGNE DROITE

Contrairement à ce qu’affirment ses opposants, le projet de loi 21 ne représente pas une césure dans l’histoire du Québec.

Il découle de notre passé. Il est synchrone avec notre culture, notre patrimoine, notre histoire.

C’est ça, le Québec !