/world/opinion/columnists
Navigation

Laïcité : une lutte contre l’américanisation

La place de la religion augmente aux États-Unis, et Donald Trump a placé la religion au centre de plusieurs de ses politiques.
Photo AFP La place de la religion augmente aux États-Unis, et Donald Trump a placé la religion au centre de plusieurs de ses politiques.

Coup d'oeil sur cet article

Nous nous sommes une fois de plus engagés dans le débat sur la laïcité en faisant semblant de ne pas voir son enjeu principal : celui de la place de la religion dans le Québec moderne. La question de la laïcité dépasse la simple liberté religieuse. Elle met le doigt sur des contradictions fondamentales de nos sociétés modernes.

Comment pouvons-nous tolérer que des individus soient opprimés par des croyances religieuses moyenâgeuses et en même temps soutenir les chartes des droits et libertés ? Comment pouvons-nous financer des organisations religieuses qui répandent les pires sornettes en science alors que nous vivons au 21e siècle ?

Américanisation

Une partie de la réponse tient dans l’américanisation grandissante du Canada et du Québec. Par exemple, aux États-Unis, la liberté religieuse est complètement garantie par le premier amendement de la constitution américaine. Les élus américains ne peuvent en aucun cas voter des lois qui restreignent la liberté religieuse. C’est ce qui s’appelle une liberté absolue. Au Canada, la liberté religieuse peut être restreinte par la clause dérogatoire. Il s’agit d’une liberté relative. Les critiques du projet de loi sur la laïcité adoptent souvent face à la liberté de religion une approche américaine.

Les États-Unis ont une histoire qui explique en bonne partie pourquoi la liberté religieuse y est absolue. Les premiers colons américains fuyaient les persécutions religieuses en Angleterre. Au 19e siècle, les Américains imagineront qu’ils possèdent « une destinée manifeste », c’est-à-dire qu’ils sont l’instrument d’un vaste plan divin qui vise à réaliser le bonheur de l’Humanité. L’évocation de ce plan divin servira à justifier les politiques expansionnistes de plusieurs présidents américains.

Soutiens religieux à Trump

Les politiques internationales de Donald Trump s’inscrivent dans le même imaginaire politico-religieux, en particulier à l’égard d’Israël. Or, Trump a le soutien de plusieurs groupes religieux. Selon les sondages menés par PEW, Trump récolte l’adhésion de 69 % des protestants évangéliques. Des gens qui croient à 57 % que la vie sur Terre n’a pas évolué depuis ses débuts. À l’autre extrême, les catholiques sont le groupe religieux qui appuie le moins Trump, à 36 %. Les catholiques américains sont 29 % à nier l’évolution de la vie sur Terre. Défendre la science et la laïcité revient donc à s’opposer à d’immenses forces politiques et religieuses.

Des protestants canadiens américanisés

Il n’est pas étonnant que le Canada anglais, plutôt protestant, soit enclin à épouser une vision américaine de la liberté religieuse. Comme le Canada anglais n’a pas subi la dictature de l’Église, il ne parvient pas non plus à saisir l’allergie religieuse de la vaste majorité des Québécois. Enfin, étant donné que le Canada anglais est submergé par la culture américaine, il exprime dans le débat sur la laïcité un point de vue américain.

Une lutte difficile

Le problème est encore aggravé par une montée des sentiments positifs envers les religions aux États-Unis. Cette montée est inversement proportionnelle à l’affaiblissement des filets sociaux de l’État américain. Bref, la place de la religion augmente aux États-Unis, et Trump a placé la religion au centre de plusieurs de ses politiques. Difficile dans ce contexte de mobiliser la population en faveur d’une véritable politique de la laïcité, au Québec comme ailleurs en Amérique du Nord.