/opinion/columnists
Navigation

Les Anglos et la laïcité

Coup d'oeil sur cet article

Je pensais que l’ensemble des chroniqueurs du Canada anglais allaient tomber à bras raccourcis sur le projet de loi 21 sur la laïcité. J’attends toujours.

Or, il semble que la plupart sont obsédés par le scandale SNC-Lavalin/Jody Wilson-Raybould, chacun y allant de spéculations et d’interprétations qui n’intéressent plus qu’eux-mêmes.

Nous ne perdons rien pour attendre, vous verrez.

Peu d’intérêt

Samedi, je dînais dans un restaurant de la région d’Ottawa. Quelqu’un avait laissé un Ottawa Sun sur la banquette, journal membre d’une chaîne qui ne fait pas dans la dentelle quand vient le temps de fustiger le Québec.

À ma surprise, la nouvelle du dépôt du projet de loi sur la laïcité n’occupait qu’une seule colonne en page de gauche, perdue au milieu du journal. Je devine que le PL 21 trouvera plus d’appuis auprès du lectorat populaire du Sun que chez les élites qui lisent le Globe and Mail ou le National Post.

Parmi les chroniqueurs du ROC qui se sont prononcés, Chris Selley du Post espère que les jeunes Québécois, « plus libertariens que les boomers » pourront stopper « cette laïcité bâtarde », concluant son texte sur trois mots : ignorance, paranoïa et xénophobie.

Incroyable

Andrew Coyne, la grosse pointure du journal, espère que le fédéral va se porter au secours des minorités du Québec, estimant inacceptable que les musulmanes et les sikhs ne puissent devenir policiers. Comme s’ils portaient tous des signes religieux et qu’aucun n’accepterait de s’en départir entre 9 et 5.

Son texte est assaisonné de mots comme « dépravation », « discrimination », « honte », « couillons ».

Mais attention, Coyne propose que le fédéral contourne la clause dérogatoire en demandant à la gouverneure générale d’utiliser son pouvoir de désaveu d’une loi provinciale, en vertu de l’article 56 de la Constitution de 1867, « même si cela serait désagréable ».

Désagréable comme dans « bye bye Canada » ?

Quand un journaliste pourtant brillant comme Andrew Coyne écrit de pareilles sornettes juridiques pour bafouer la démocratie québécoise, je crains la tempête qui se prépare au Canada anglais.

Nous entrons sur le territoire de la bataille pour la loi 101.

Joe Qui ?

L’allergie au Québec va se manifester au cours des prochains mois. Comme dans tous les cas d’allergies, cela occasionnera des réactions excessives à des choses normalement inoffensives. Mieux vaut se blinder.

L’appui massif des Québécois au PL 21 n’impressionnera guère ses détracteurs du ROC qui y verront la preuve que le Québec est raciste de bord en bord, incapables d’appréhender le ridicule d’une telle idée, aveuglés par leur supériorité morale imaginaire.

Incapables aussi d’accepter que le Québec francophone soit pétri d’une culture politique différente, plus européenne, axée sur le bien collectif, alors que les racines britanniques du Canada anglais expliquent sa défense à tout crin des droits individuels.

Le premier ministre Joe Clark avait déclaré à l’époque de la loi 101 que le Québec « n’a pas de leçon à recevoir de qui que ce soit » à propos de ses minorités. (Merci à Hélène Buzzetti du Devoir de nous l’avoir rappelé.)

Cette fois, y aura-t-il un défenseur canadien de la laïcité et de la spécificité québécoise ?