/entertainment/movies
Navigation

«Fais-toi une belle vie»: Guillaume Lemay-Thivierge réalise son premier film

«Fais-toi une belle vie»: Guillaume Lemay-Thivierge réalise son premier film
Photo le Journal de Montréal, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Après avoir réalisé des épisodes de «30 vies», «Unité 9» et «Subito texto», Guillaume Lemay-Thivierge s’apprête à passer à nouveau derrière la caméra, cette fois au cinéma. L’acteur réalisera l’adaptation de la pièce de théâtre «Fais-toi une belle vie», film qu’il autoproduit et autofinance également.

«J’ai juste assez d’expérience pour me dire que je suis capable, et je suis juste assez novice pour avoir l’inconscience d’embarquer là-dedans», laisse savoir en entrevue le principal intéressé en riant.

Le défi est de taille pour Lemay-Thivierge qui, en plus de réaliser son premier long métrage en carrière, le co-scénarise avec François Chénier (auteur de la pièce), le produit avec sa boîte Atomas et en incarnera le personnage principal.

Le pendant de «Fais-toi une belle vie» au grand écran réunira la même distribution que sur les planches, laquelle inclut Émily Bégin, Charlie Lemay-Thivierge (la fille de Guillaume), Sandrine Bisson et François Chénier.

Toujours en tournée dans les salles du Québec, «Fais-toi une belle vie» brosse le portrait d’un homme en «burn out» que ses amis entraînent dans un chalet en espérant le guérir, mais qui ne font qu’empirer son état en se livrant à des discussions trop enflammées. Filmant les prises de bec avec son cellulaire, une voisine adolescente documente le séjour du groupe sur les réseaux sociaux, enseigne quelques leçons de vie aux adultes et sert de guide au public en faisant office de narratrice de l’histoire.

«C’est une pièce intelligente, rafraîchissante, qui donne plein d’émotions et fait réfléchir, note Guillaume. Juste en regardant le visage des acteurs en répétitions, je me disais qu’il fallait en faire un film.»

«Fais-toi une belle vie»: Guillaume Lemay-Thivierge réalise son premier film
Photo le Journal de Montréal, Jean-François Desgagnés

Comme Xavier Dolan

Le tournage de «Fais-toi une belle vie» s’enclenchera en septembre. Pour cette première expérience de créateur au septième art, Guillaume Lemay-Thivierge a choisi de faire les choses «à la Xavier Dolan», c’est-à-dire en produisant et en finançant lui-même son film.

«On n’a pas de financement des institutions, le financement ne vient que du privé, c’est-à-dire de moi, rigole-t-il. On s’est donné un très, très petit budget et on le fait sans attentes.»

Des coproducteurs et d’autres partenaires privés se joindront peut-être à l’aventure éventuellement, et Guillaume Lemay-Thivierge compte s’atteler plus tard à la recherche d’un distributeur, mais l’artiste estime avoir, pour l’heure, suffisamment de ressources pour mener à bien la production de son œuvre, qu’il espère voir prendre l’affiche à l’automne 2020.

«Pour l’instant, on a tout ce qu’il faut pour le faire. Je me suis mis assez dans le trouble pour ne pas avoir le choix de faire quelque chose de correct avec ce projet», expose-t-il.

«Fais-toi une belle vie»: Guillaume Lemay-Thivierge réalise son premier film
Photo le Journal de Montréal, Jean-François Desgagnés

Émission à TVA

Fidèle à ses habitudes, Guillaume Lemay-Thivierge a encore et toujours mille projets sur le feu, et devrait être très présent dans nos télévisions l’automne prochain.

Il attend notamment son horaire de tournage de la prochaine saison de «Ruptures», où il incarne Antoine. Lors du dévoilement des nominations du Gala Artis, lundi (où il est finaliste dans la catégorie Rôle masculin / Séries dramatiques saisonnières, pour ses rôles dans «Cheval-Serpent» et «Ruptures»), Guillaume a également glissé qu’il développe présentement un concept avec TVA, un type d’émission «qui n’existe pas encore».

Questionné à ce sujet par l’Agence QMI, le service des communications de TVA n’a rien voulu confirmer ou infirmer à cet égard.

D’ici là, les nostalgiques seront heureux de retrouver Guillaume Lemay-Thivierge et ses vieux complices de «Sur la piste», Vincent Bolduc et Jessica Barker, dans la baladodiffusion «Bain libre», que Radio-Canada mettra en ligne à la fin mai.

Dans cette série de 10 rendez-vous de 30 minutes, le trio d’ex-enfants acteurs échangera sur un sujet donné en compagnie d’un invité. Il sera notamment question d’éducation avec Martin Matte, des réseaux sociaux avec Mariana Mazza, d’environnement avec Emmanuel Bilodeau et des devoirs avec Boucar Diouf.

Toutes ces «tables rondes» ont déjà été enregistrées.

«Ce n’est pas un débat, c’est une discussion entre amis, précise Guillaume. On s’aime et on se respecte, tous les trois, mais on a des façons complètement différentes de voir la vie. Il n’y a rien de scripté et on se rappelle souvent des souvenirs de l’époque où on s’est connus.»