/opinion/columnists
Navigation

Leçons du Brexit

Jacques Parizeau
Photo d’archives Jacques Parizeau

Coup d'oeil sur cet article

Cela fera trois ans en juin que les Britanniques ont voté à 51 % en faveur de la sortie de l’Union européenne. Ce vote favorable au fameux Brexit a déjoué toutes les prédictions. Trois ans plus tard, la crise politique et économique qui en découle dépasse notre imagination.

Au fil des années, les souverainistes québécois ont aimé envoyer des observateurs pour tirer des leçons des référendums sur la souveraineté en Écosse et en Catalogne. Chacun de ces exemples fournit sans aucun doute des enseignements utiles. Ceux qui ont participé aux référendums passés du Québec autant que ceux qui rêvent à un prochain sont susceptibles de s’y intéresser.

Mince majorité

Il y a certainement aussi des leçons pour le Québec dans le cul-de-sac qui découle du Brexit. D’abord, sur la solidité de l’appui. Disons-le, 51 % c’est fragile. Je ne relance pas ici la controverse de Jean Chrétien sur le 50 % +1.

Bien sûr, il s’agit de la seule règle démocratique qui permet de déterminer le vainqueur d’un référendum. Ce qui s’est passé en Grande-Bretagne le confirme.

Mais en pratique, un tel résultat donne une bien faible impulsion pour enclencher un changement drastique. Il laisse une population divisée. En l’absence d’une capacité des dirigeants du pays de rallier une partie des perdants à la décision, on se retrouve à la marge d’une crise politique.

C’est sans parler du risque que les plus anxieux parmi ceux qui ont voté OUI finissent par le regretter. Pendant que tu négocies les suites du OUI, les sondages montrent que la majorité de la population n’est plus en faveur du changement en cours. Ça n’infirme pas la décision votée, mais disons que ça met de l’eau dans le gaz...

Le cas du référendum en Grande-Bretagne ne ressemble à rien, puisque le processus est parti d’un premier ministre qui n’en voulait pas. David Cameron a fait un référendum pour calmer la grogne, en étant certain que la majorité voterait NON et qu’il aurait ensuite la paix avec cette histoire de sortie de l’Europe. Il s’est trompé !

Préparation rigoureuse

Évidemment, puisqu’il était convaincu d’obtenir un NON à ce référendum, Cameron n’avait absolument rien préparé pour les lendemains d’un vote positif. Problème !

Voilà une leçon majeure : il ne faut rien ménager dans la préparation méticuleuse de tous les scénarios.

Une leçon à retenir pour le Québec. Remarquez, Jacques Parizeau avait visiblement planifié soigneusement sa stratégie advenant un OUI au référendum de 1995. Malgré tout, je garde un doute sur sa préparation réelle et pragmatique au scénario où le OUI l’aurait emporté par une poignée de votes.

Les conséquences économiques de ce capharnaüm au Royaume-Uni sont désastreuses. La croissance a ralenti.

Le niveau d’investissements a dramatiquement chuté. En dollars canadiens, il faudrait parler en trillions pour mesurer la fuite de capitaux. De quoi réfléchir.

Toute comparaison est boiteuse, mais les souverainistes québécois ne peuvent pas détourner le regard. Cet exemple est aussi utile que celui de l’Écosse ou de la Catalogne.