/investigations/techno
Navigation

Facture inconnue pour la Solution Accès UNIQC

Le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire
Simon Clark/Agence QMI Le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire

Coup d'oeil sur cet article

Québec refuse de chiffrer les dépenses prévues pour son nouveau projet informatique Accès UNIQC. La conception de la plateforme virtuelle pour les citoyens doit pourtant être complétée d’ici un an.

«Il y a une chose que je ne ferai pas, c'est d'anticiper les coûts», a affirmé le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire. Il soutient vouloir ainsi éviter d’être associé à d’éventuels dépassements de coût. «C'est l'histoire de tellement de projets au gouvernement du Québec, où on a anticipé des coûts, on a garroché des montants dans les airs sans vraiment savoir», dit-il.

Le Conseil du trésor a annoncé la Solution Accès UNIQC lors de la présentation du budget et des crédits budgétaires il y a deux semaines.

Il s’agira d’une porte d’entrée virtuelle unique, en ligne, permettant aux citoyens de fournir une seule fois leurs informations d’identité personnelles pour bénéficier des prestations de service offertes par le gouvernement.

Toutefois, aucun montant n’a été annoncé pour la réalisation de ce projet informatique.

«Mettons que je vous dis, je ne sais pas, 10 millions $. Hein, j'anticipe 10 millions, puis là on me dit : eille! Non, non, ce n'est pas 10, c'est 50. Paf! Explosion de coûts», a candidement illustré Éric Caire.

Le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire
Photo Simon Clark

Le gouvernement promet pourtant que les phases de conceptions seront déjà complétées l’an prochain. Peu importe, le ministre refuse de se mouiller.

«Et c'est quoi le problème?», a-t-il pesté. «Quand les évaluations précises seront faites, je vais vous transmettre les coûts.»

Avec la Solution Accès UNIQC, les citoyens pourront s’enregistrer une seule fois sur Internet afin d’obtenir des services du ministère de la Justice, du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité et de la Régie de l’Assurance maladie du Québec (RAMQ).

Projet de loi

Or, pour réussir à effectuer le travail et compléter la Solution Accès UNIQC, le projet de loi favorisant la transformation numérique de l’administration publique devra être adopté. Le ministre délégué l’a d’ailleurs présenté jeudi, à l’Assemblée nationale.

Il vise à rendre possible le partage d’information entre les ministères et organismes, lorsque la situation le requiert.

S’il est adopté, certaines barrières seront levées en vertu de décrets gouvernementaux, et ce, selon la nature du projet numérique.

«C'est sûr que si on n'a pas cette capacité-là à trouver une façon de permettre aux organisations d'échanger des données, c'est sûr qu'Accès UNIQC ne peut pas fonctionner», a admis M. Caire.

Modifier la Loi d’accès

Le ministre a également affirmé que son projet de loi était le début d’une refonte beaucoup plus large de la Loi d’accès à l’information.

«L'objectif à long terme est de modifier la loi d'accès à l'information. On a vraiment besoin au Québec. Et, c'est l'avis même que la Commission d’accès à l’information (CAI) nous a fait parvenir, parce qu'on a collaboré avec la CAI dans l'élaboration du projet de loi, il faut absolument revoir la loi d'accès à l'information. Mais ça, c'est un projet, évidemment, qui est plus long, qui nécessite plus de consultations», a-t-il dit.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.