/investigations/transports
Navigation

Le nouveau pont Champlain ouvrirait le 3 juin, Ottawa doute de l'échéancier

Ottawa doute cependant de cet échéancier fourni par le constructeur du pont Samuel-De Champlain

Coup d'oeil sur cet article

Le constructeur du nouveau pont Champlain a avisé Ottawa qu’il compte ouvrir un premier côté de la structure à la circulation dès le 3 juin.  

Selon nos informations, le calendrier du consortium Signature sur le Saint-Laurent (SSL) prévoit ouvrir à cette date les voies en direction nord, vers Montréal.  

Quant aux voies en direction sud, vers Brossard, elles doivent être accessibles deux semaines plus tard, le 17 juin.  

Le consortium doit procéder en deux étapes pour éviter que les voies d’accès se croisent lors de la connexion au réseau autoroutier.  

Selon les sources de notre Bureau d’enquête, la direction de SSL fait circuler ces dates à l’interne depuis le mois de janvier, mais n’aurait avisé le fédéral que dans les dernières semaines.  

Ottawa sceptique  

En coulisses, le gouvernement Trudeau reste toutefois très sceptique quant à la possibilité qu’un véhicule traverse la structure à 4,5 milliards $ avant la fin juin.  

Ottawa et le constructeur ont déjà repoussé la date d’ouverture de sept mois par rapport à celle qui était inscrite au contrat en début du projet, soit le 1er décembre 2018.  

Au cabinet du ministre de l’Infrastructure François-Philippe Champagne, on s’en tient à dire que le pont ouvrira « au plus tard à la fin juin ».  

« Infrastructure Canada et SSL travaillent en collaboration avec l’ingénieur indépendant aux différentes facettes de la mise en service du pont, incluant l’obtention des certifications nécessaires [...]. Ces analyses sont en cours et permettront de déterminer la date d’ouverture finale du pont Samuel-De Champlain », ajoute sa porte-parole, Ann-Clara Vaillancourt.  

De son côté, SSL ne répond pas précisément à nos questions.  

« Le pont Samuel-De Champlain ouvrira à la circulation au plus tard à la fin juin, écrit la directrice des communications Annie-Claire Fournier dans un courriel. Les scénarios finaux sont en cours de validation. »  

Négociations ardues  

En outre, un différend financier entre SSL et Infrastructure Canada persiste au sujet des coûts additionnels et des pénalités de retard. Il s’étirera sans doute jusqu’après l’ouverture du pont.  

Selon une source bien au fait du dossier, les négociations entre les deux parties achoppent depuis plusieurs mois.  

En vertu du contrat signé en 2015, chaque jour de retard amènerait une pénalité de 100 000 $ pour la première semaine. Après, la pénalité bondit à 400 000 $ par jour, à hauteur de 150 millions $.   

► Vous avez de l’information sur le chantier du pont Samuel-De Champlain ? Communiquez avec notre journaliste à hugo.joncas@quebecormedia.com ou au 438 396-5546.  

  

 

La saga tire à sa fin  

Avril 2015  

Ottawa annonce que c’est le consortium Signature sur le Saint-Laurent (SSL), dirigé par SNC-Lavalin, qui construira le nouveau pont. Le contrat stipule que la structure ouvrira le 1er décembre 2018.  

Juillet 2016  

Le Journal révèle que le nouveau chantier avait déjà subi trois ratés importants dans les premiers mois de la construction, ce qui avait déjà occasionné certains retards.  

Mars 2017  

SSL lance une poursuite de 124 millions $ contre le fédéral, prétextant que des délais étaient dus à des contraintes de transport de pièces qui n’avaient pas été communiquées avant la signature du contrat.  

Avril 2018  

Dans l’espoir de respecter l’échéancier de décembre 2018, le gouvernement Trudeau annonce qu’il injecte 235 M$ de plus dans le projet et double le nombre de travailleurs sur le chantier. L’ouverture est toutefois repoussée du 1er au 21 décembre.  

Octobre 2018  

Ottawa confirme que le nouveau pont n’ouvrira plus en 2018, mais plutôt « au plus tard » à la fin juin 2019.  

Juin 2019  

Ouverture prévue du pont Samuel-De Champlain.  

Encore des fissures à corriger sur la structure  

Le constructeur du nouveau pont Champlain continue de trimer dur pour réparer de nombreuses défectuosités sur les pièces de l’ouvrage, plus particulièrement dans le secteur du pylône central.  

Selon nos sources, des fissures sont apparues dans les soudures entre les plaques de connexion des haubans et la travée centrale.  

Le constructeur confirme que les travailleurs s’activent en ce moment pour corriger ces problèmes.  

« Les équipes de SSL [Signature sur le Saint-Laurent], de l’ingénieur indépendant, de l’ingénieur de la Couronne sont au courant des non-conformités présentes [...] et les correctifs nécessaires seront apportés d’ici à l’ouverture du pont », écrit la directrice des communications Annie-Claire Fournier dans un courriel à notre Bureau d’enquête.  

Chevêtres mal soudés  

Elle assure que de telles « irrégularités techniques » sont normales sur un projet de cette ampleur.  

D’autres problèmes affectent le chantier, dont des soudures non conformes dans les chevêtres, les pièces en « v » qui soutiennent les poutres-caissons formant la structure du pont.  

Plusieurs des morceaux défectueux proviendraient des usines de Tecade, en Espagne.  

Cette entreprise avait fait la manchette dès décembre 2017, quand notre Bureau d’enquête avait rapporté que les poutres caissons qu’elle a fabriquées comptaient des milliers de défauts.  

Manifestement, le constructeur n’en a pas fini avec ces problèmes, à quelques mois de l’ouverture.