/entertainment/music
Navigation

Lenni-Kim: un premier concert complet à Montréal

Lenni-Kim: un premier concert complet à Montréal
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Véritable vedette en France, le chanteur montréalais Lenni-Kim, 17 ans, fera son tout premier spectacle complet en sol québécois, samedi, au Théâtre Corona, à Montréal. 

«J’ai super hâte de pouvoir revenir enfin et de performer pour mes "fans" québécois. Je suis super excité de pouvoir reconnecter avec eux. Ça fait un moment que j’y pense et j’ai vraiment envie que ce "show"-là soit parfait parce que c’est vraiment symbolique pour moi», a lancé en entrevue le jeune homme qui s’est fait connaître à «The Voice Kids» chez nos cousins français alors qu’il n’avait que 13 ans. 

Un seul spectacle est prévu au Québec dans la tournée de son premier album intitulé «Les autres». 

«Dans la vie, je suis quelqu’un de très impatient, donc j’avais envie de regrouper les "fans" de partout au Québec à la même place. J’avais vraiment envie de connecter avec tout le monde en même temps», a dit le principal intéressé. 

Un parcours sensationnel 

Depuis son passage à «The Voice Kids», il s’est bâti un curriculum vitae assez impressionnant avec, entre autres, plus de 50 000 billets vendus pour sa première tournée, de nombreux spectacles à guichet fermé, une nomination comme révélation francophone de l’année a NRJ Music Award à Cannes, une prestation à l’Olympia de Paris à venir le 19 mai prochain, en plus d’une participation très remarquée à la populaire émission «Danse avec les stars». 

Malgré tout, Lenni-Kim a les deux pieds bien sur terre. «J’ai toujours grandi dans une famille où les valeurs c’est de faire ce que tu fais pour les bonnes raisons», a-t-il souligné. 

Lenni-Kim: un premier concert complet à Montréal
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

«C’est vraiment un beau bonus, le "fame", mais ce n’est vraiment pas pour ça que je fais ça à la base. Je le fais pour la passion de la musique, la passion de l’art. À la fin de la journée, moi je fais ce métier-là pour être en studio, créer des chansons, composer, etc. c’est vraiment ce qui me fait du bien.» 

Le chanteur est né dans un milieu assez artistique sans pourtant être musical. Son père conçoit des décors pour le cinéma et la télé, alors que sa mère a un studio de photographie. 

Lenni-Kim: un premier concert complet à Montréal
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

«Très tôt, vers l’âge de 8 ans, j’ai découvert une passion pour le cinéma. J’ai demandé à mes parents de m’inscrire dans une agence de "casting" parce que je voulais jouer et être devant la caméra», a-t-il raconté. 

«Plus tard, vers 10-11 ans, j’ai vraiment découvert ma passion pour le chant et la musique. J’ai vu une publicité de l’école de chant à la télé et j’ai comme eu un appel. Je me souviens, j’étais chez ma grand-mère et j’ai appelé ma mère et je lui ai dit: "Maman, il faut vraiment que tu m’inscrives à l’école de chant!". Dès les premiers cours, j’ai eu la piqûre», s’est remémoré le jeune artiste. 

Nouvel opus plus mature 

Lenni-Kim est en train de préparer un deuxième album qui sera nécessairement plus mature. 

«Je suis très fier de mon premier album fait à 13, 14 et 15 ans, mais là je vais bientôt avoir 18 ans et ça paraît sur le deuxième album que j’ai grandi, a-t-il indiqué. Ça va parler d’enjeux qui me tiennent à cœur en tant qu’adolescent, tel que la crise d’adolescence. L’espèce de crise existentielle qu’on a quand on est adolescent, je crois qu’on n’en parle pas assez. Moi, quand je l’ai vécue, c’était très difficile parce que tu as l’impression d’être tout seul là-dedans.» 

Celui qui entrera dans l’âge adulte en septembre souhaite faire du bien à ceux qui écouteront son prochain opus. 

«Je veux vraiment montrer avec cet album-là que peu importe les épreuves que tu as dans ta vie, ce n’est pas grave, car tu en sors plus fort et meilleur. Un peu comme dit Kelly Clarkson dans sa chanson "Stronger": "What doesn’t kill you, makes you stronger"», a-t-il dit. 

Lenni-Kim montera sur la scène du Théâtre Corona, à Montréal, ce samedi à 19 h 30. 

Faire face à l’adversité 

Même si son parcours semble être un véritable conte de fées, Lenni-Kim avoue que ce n’est pas toujours facile de faire carrière en musique. 

«C’est quand même un milieu qui est difficile. Surtout ces temps-ci, c’est bien stressant parce qu’on prépare le deuxième album, il y a la tournée, le "show" à Montréal, etc., tout va très vite», a dit le chanteur. 

«Dans cette industrie-là, très souvent tout a l’air très préparé à l’avance, mais souvent tout est dernière minute. Il y a donc un stress de plus, mais en même temps ce stress-là c’est ce qui te motive à être meilleur», a-t-il dit. 

De plus, Lenni-Kim a de nombreuses opportunités en Europe présentement ce qui le tient loin de son pays. «Je suis "born and raised" à Montréal, alors c’est ma culture, mon chez-moi. C’est sûr que quand je suis partie plus longtemps, je finis par m’ennuyer un peu du Québec et de ma maison», a-t-il avoué. 

Travail et discipline 

Le Montréalais est toutefois plus qu’heureux de pouvoir gagner sa vie en chantant, un rêve qu’il chérissait depuis son tout jeune âge. Il souligne cependant que ça ne s’est pas réalisé en un claquement de doigts. 

«Le travail et la discipline, c’est très très important parce que tu peux être talentueux, mais ça ne veut rien dire si tu ne travailles pas. C’est important de s’amuser aussi. Si tu travailles beaucoup et que tu ne t’amuses pas là-dedans, ça va paraître tout de suite. Je commence à le comprendre avec le temps», a-t-il indiqué. 

Quand on lui demande ce qu’il souhaite pour son 18e anniversaire qui arrive bientôt, Lenni-Kim répond avec simplicité. 

«Je souhaite que tout ça continue à bien aller et que je puisse continuer à travailler dans le domaine!», a-t-il conclu. 

On lui souhaite!