/opinion/columnists
Navigation

La rage des opposants à la laïcité

Le gouvernement Legault est désormais en position de force.
Photo Agence QMI, Simon Clark Le gouvernement Legault est désormais en position de force.

Coup d'oeil sur cet article

Pourquoi tant de rage, de propos violents, de jugements obscènes à l’encontre de la majorité des Québécois favorables au projet de loi du gouvernement Legault ?

Pourquoi ces aveux d’intellectuels comme Charles Taylor au sujet de sa « honte » d’être québécois ? Pourquoi des appels à la désobéissance civile de gens qui refusent en fait que les Canadiens dévoyés que seraient les Québécois favorables à la laïcité s’affichent distincts ?

Dans le flux de mots blessants et humiliants à l’endroit de la majorité francophone derrière le premier ministre, l’on s’étonne qu’on ne nous demande pas de remettre notre passeport canadien.

Clause dérogatoire

Pourquoi des avocats, censés être instruits dans le droit dont ils revendiquent la primauté et les chartes dont ils usent comme vérité d’Évangile, de Torah ou de Coran, sont-ils prêts à contester la constitutionnalité de la clause dérogatoire inscrite dans la Charte des droits ? Une clause, il faut rappeler, qui depuis 1982 a été utilisée à plusieurs reprises sans faire de vagues, sauf lorsque le premier ministre Bourassa, en 1988, y a eu recours pour contester la décision de la Cour suprême sur l’affichage unilingue français au Québec.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Pourquoi l’avocat Julius Grey, qui ne recule devant rien pour mettre en vedette sa digne personne, affirme-t-il que le premier et meilleur recours serait de se rendre devant le comité des droits de l’homme des Nations unies, où l’on retrouve, entre autres, l’Arabie saoudite, la Chine, le Pakistan, la Turquie et le Venezuela ? Drôle de monde pour juger les « violations » des droits de la personne dans le projet de loi sur la laïcité.

Pourquoi aussi l’appel à la désobéissance civile pour clause de conscience ? À quelle enseigne logeait la conscience canadienne durant les débats sur les deux référendums lorsqu’on faisait peur aux personnes âgées à propos des pensions de vieillesse et qu’un convoi de camions blindés Brinks roulait via l’autoroute transcanadienne vers l’Ontario lors d’une des campagnes référendaires ?

Force

La réponse à toutes ces questions est simple et limpide. Contrairement à ce qui était le cas dans les dernières décennies, le Québec de François Legault est dans un rapport de force avantageux. Relatif, certes, mais réel. Tous les adversaires de la loi, les Québécois multiculturalistes, représentés par le PLQ et QS totalement commis désormais à leur cause, savent que la partie est perdue à l’avance.

Pendant les référendums, les Québécois demeuraient sur la défensive. Maintenant, grâce à leur immense majorité, ils n’ont plus besoin de s’excuser. Et personne ne réussira à les convaincre qu’ils sont des violeurs des droits individuels.

Le gouvernement Legault n’interdit pas les signes religieux dans l’espace public, ce à quoi la très grande majorité s’opposerait à n’en point douter.

À cause de cette victoire prévisible, les Québécois entreront de plain-pied dans la légitimité de ce qu’ils souhaitent. Ils veulent vivre leur distinction, assumer leur modernité laïque, inscrire leur action dans la légalité et satisfaire leur désir sincère de vivre en paix avec ceux qui, venus d’ailleurs, aspirent à s’intégrer à eux en toute diversité.