/sports/tennis
Navigation

Un 1er titre national pour Gabriel Diallo

Le joueur de tennis s’est imposé au championnat des moins de 18 ans en Ontario

Gabriel Diallo a remporté la dernière édition du tournoi Louis Després à Québec.
Photo d’archives Gabriel Diallo a remporté la dernière édition du tournoi Louis Després à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Gabriel Diallo est le nouveau champion canadien intérieur chez les moins de 18 ans.

Vendredi à Markham en Ontario, il a disposé du Torontois Marko Stakusic en des manches de 6-4 et 6-1 pour remporter son premier titre national en carrière.

« Il s’agit d’une très, très grosse victoire, a souligné Diallo qui s’entraîne au Club Avantage depuis deux ans à l’Académie Hérisset-Bordeleau. C’est mon plus beau titre en carrière. Ça fait longtemps que je travaille pour gagner un titre de cette ampleur. Ce n’est donc pas une surprise d’avoir gagné. C’est une bonne satisfaction d’avoir battu des joueurs du Centre national d’entraînement au cours du championnat. Si on m’appelle pour aller m’entraîner à l’occasion à Montréal, je vais y aller avec plaisir et ça sera une belle opportunité, mais ça fonctionne très bien pour moi à Québec. »

« Je suis très, très content, mais je ne veux pas m’arrêter là, de poursuivre le protégé de Sam Aliassime qui était accompagné en Ontario par Luca Cerin. Je vise plus haut. À compter de lundi, je vais participer à un tournoi ITF niveau 3 à Burlington. C’est un tournoi à ma portée. Je vais par la suite passer un mois en Floride pour disputer des tournois ITF Junior. »

Bourse à Kentucky

Diallo a récemment obtenu une bourse d’études avec les Wildcats de Kentucky et il évoluera dans la NCAA à compter de septembre. « Je n’étais pas prêt physiquement à faire le saut immédiatement dans les rangs professionnels, a expliqué le vainqueur de la dernière édition du tournoi Louis Després. Je vais pouvoir me développer physiquement à Kentucky et jouer du très bon tennis. Frédéric Niemeyer est un très bon ami de l’entraîneur-chef, ce qui a facilité les démarches. Aussi, Bruno Agostinelli fils qui est un ancien de Kentucky avait parlé de moi au coach il y a quatre ou cinq ans, lui qui était associé au Centre national comme entraîneur avant son décès en 2016. Kentucky, c’est plus qu’un programme. C’est le destin qui m’y amène. C’est vraiment spécial. »