/lifestyle/family
Navigation

Garder le cap et naviguer heureux

Guide du parent capitaine
Photocourtoisie, Éditions de l'Homme Guide du parent capitaine
Dre Annick Vincent, Sophie Desgagné et Lorraine Beaudoin
Les Éditions de l’Homme, 208 pages.

Coup d'oeil sur cet article

Médecin psychiatre et auteure de deux livres sur le TDAH, Dre Annick Vincent propose, avec la collaboration de la conseillère en réussite scolaire et familiale Sophie Desgagné et l’illustratrice Lorraine Beaudoin, des conseils pour garder le cap et mener le bateau familial à bon port dans un nouveau livre, le Guide du parent capitaine.

Le livre contient beaucoup d’idées, de pistes pour apprendre à bien naviguer à travers les flots, parfois calmes, parfois agités, de la vie familiale. « Ce qu’on voulait, c’était de sortir un peu du livre de recettes, de quoi faire quand ton enfant fait une crise dans l’allée des biscuits. Ce qu’on voulait, c’était vraiment d’outiller le parent pour qu’il devienne plus autonome à la barre », explique Dre Annick Vincent, médecin psychiatre.

Les parents font face à toutes sortes de défis, tout le temps, pour lesquels il n’y a pas vraiment de mode d’emploi. « Il y a des parents qui vont se reconnaître dans notre livre. D’autres vont dire, ah, je pourrais twister ça de cette façon-là. Ou encore : je n’avais pas réalisé ça ! », commente-t-elle.

Guider l’équipage

Pour expliquer leurs stratégies familiales, qui ciblent les enfants de 4 à 12 ans, les auteures ont puisé dans la thématique « maritime ». Elles parlent par exemple du bagage qu’on apporte à bord, comme parent, et fournissent des pistes concrètes pour « vivre en harmonie à bord du navire », faire en sorte que l’expédition soit agréable et que chaque moussaillon s’épanouisse.

Les conseils de « parent capitaine » permettent de développer le leadership et différentes compétences qui s’appliquent à d’autres sphères d’activités. « Toute la partie qui concerne le travail sur soi est bonne pour n’importe qui, à n’importe quelle époque. Et même si on change de bateau — si on est par exemple dans une entreprise », ajoute la spécialiste.

En cas de tempête ?

Que faire lorsque le navire se dirige droit vers une tempête ? « Il faut identifier la source de la tempête. Ça peut être une source qui est complètement externe à la famille — par exemple si on vient de vivre un incendie. Lorsqu’une tempête est plus émotionnelle, ou dans le contexte d’un enfant qui est en rébellion, ou lorsque nous-mêmes, on est fatigués, épuisés et qu’on a de la difficulté à tenir la barre, il faut vraiment identifier la source de la tempête. »

Dans le livre, les auteures proposent des outils qui pourront être utilisés lorsqu’il y a de la houle et que le vent se lève. « Quand les vagues d’émotions sont trop fortes, il faut 1) jeter l’ancre, 2) prendre du recul, trouver des solutions et 3) relever les voiles. »

Il faut ensuite identifier la source de la tempête pour agir dessus, ajoute le Dre Vincent. « En premier, il faut être capable de prendre du recul et d’être assez calme pour analyser cela et être capable d’agir. Il faut identifier ce qui nous appartient à nous, comme personne, et qu’est-ce qui appartient à l’autre. On l’apprend sur le tard... mais on ne peut changer que ce qui nous appartient, à nous. »


 En complément au Guide du parent capitaine, les auteures proposent également deux cahiers d’activités pour les enfants de 6 à 9 ans dans la collection Maître à bord : Mon coffre aux trésors : j’apprends à me connaître et Mon carnet de bord : j’apprends à être responsable.