/misc
Navigation

La Caverne

Ces ombres sur lesquelles se bâtissent toutes nos peurs et nos seules certitudes, et qui nous maintiennent dans un état de terreur et d’immobilisme.

Drapeau Quebec flag fleurdelysé
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Une des premières choses que l’on m’a inculquées en matière de philosophie, c’est que plus une situation est complexe et embourbée, plus il est essentiel pour le philosophe de se rapporter à l’essentiel des concepts pour désengorger ses raisonnements. 

 

Afin de tenter de mieux comprendre le climat qui se déchaîne sur le Québec depuis le dépôt de projet de loi 21, je vous propose de revenir avec moi sur ce que Platon nous a enseigné avec son allégorie de la caverne. N’ayez crainte, car si le nom est gigantesque, cette matière, une fois bien vulgarisée, est très accessible et particulièrement éclairante pour les modernes que nous sommes. Qui plus est, j’ai toute confiance en notre intelligence. 

 

Tout d’abord, partons sur une même définition : une allégorie est un récit fictif ou une parabole qui use d’images et de métaphores afin de véhiculer et transmettre des connaissances, des valeurs et/ou une morale.  

 

Platon nous raconte donc que l’humanité vit dans les souterrains d’une caverne où tous sont maintenus au sol, enchaînés par le cou, face à un mur où se projettent et se répercutent des ombres et des sons effrayants. Ce sont sur ces ombres et ces sons que se bâtissent toutes nos peurs et nos seules certitudes sur la vie, et qui nous maintiennent dans un état de terreur constante et d’immobilisme.   

 

À l’occasion, certains se rendent compte que leurs chaînes ne sont pas rivées au sol. Que tout ça n'est qu'un leurre. Ils réalisent alors qu’ils sont libres de bouger, de relever la tête, et comprennent qu’ils peuvent même sortir de la caverne. Qu’il y a une lueur au bout du tunnel. Un grand soleil, symbole du Bien, de la connaissance, de la science et de la Vérité. Ces gens, ce sont les philosophes. Les amoureux de la sagesse. 

 

À partir de ce moment, le philosophe a le choix de sortir de la caverne, de suivre cette lueur au prix de nombreux périls et embûches, pour aller finalement apprendre que sa plus grande mission sera de retourner dans la caverne afin de libérer ses frères. Mais le philosophe a aussi le choix de garder sa place et d’oublier qu’il a un jour su que ses chaînes étaient imaginaires.  

 

Certains encore s’avancent, mais reculent, préfèrent la peur et se disent honteux d’avoir un jour compris. Platon ne le dit pas explicitement, mais l’histoire a déjà maintes fois prouvé que ces renégats deviennent systématiquement les pires geôliers de la conscience des peuples. Des antiphilosophes. De petits inquisiteurs qui, sans aveu et sans mission, s’ingèrent à chercher partout le prétendu venin de la philosophie et qui affectent de venger Dieu en outrageant les hommes

 

Je n’irai pas plus loin dans l’allégorie, car mon idée est surtout d’attirer votre attention sur le concept des ombres et des sons de la caverne, puisque c’est sur ce rigoureux principe que nous a gouverné le Canada anglais depuis la Conquête : ils ont fait de notre pays une caverne où on nous a soumis par les ombres à la peur, aux menaces et aux chimères canadiennes. Chaque époque a eu les siennes. Pour la nôtre, elles se nomment racisme, xénophobie, nettoyage ethnique (!), fin du monde, repli identitaire, rejet de l’Autre et alouette.  

 

Je me permets ici une précision essentielle : je parle du Canada et non des Canadiens, des individus comme vous et moi, parce que même si l’information est bien retenue pour mieux nous isoler, c'est loin d’être l’ensemble des Canadiens qui ont les yeux lavés devant la montée de l’intégrisme religieux et les catastrophes diplomatiques successives du gouvernement fédéral. Les Canadiens sont nos cousins, nous ne devons jamais l’oublier. Car même indépendants, nous serons toujours liés par l'histoire.

 

J’aimerais cependant remercier du fond du cœur tous ceux qui nous ont canardés sur tous les fronts depuis dix ans et qui savaient pertinemment combien ils nous blessaient et nous agressaient profondément en nous diabolisant par ce dont nous étions et sommes toujours le plus fiers : notre gentillesse, notre ouverture et notre brillant sens du progrès. Vous êtes très exactement à l’image des frères toujours prisonniers de la caverne, qui cherchent à tuer ceux qui menacent leurs chaînes. 

 

Je vous dis merci, vraiment, de vous être acharnés. D’avoir fait preuve d’autant de créativité pour nous faire peur et nous faire mal, car chaque coup, chaque insulte et chaque mensonge a redressé nos certitudes à notre sujet et ce n’était pas celles que vous escomptiez cultiver, je le crains.

 

Merci, car à force d’avoir vidé ces sempiternelles injures de tout leur sens en les utilisant à tort et à travers, aujourd’hui, alors que ça compte vraiment, elles ont perdu tous leurs effets. Elles ne nous atteignent plus comme des balles en plein cœur, mais au mieux comme de simples boulettes de papier qui agacent, mais qui ne veulent plus rien dire.   

 

Vos réserves se vident dangereusement pendant qu’une à une, les flammes se rallument en nous. Pendant qu’une à une, les échines craquent et se redressent. L’air circule à nouveau, ça sent le printemps. Nous respirons, toujours pacifiques et fiers, portés par la voix de nos ancêtres qui ne nous ont jamais quittés.  

 

Un jour, les livres raconteront à nos descendants que 2019 aura été l’année miracle où le Québec se sera rendu compte que ses chaînes canadiennes étaient imaginaires et où il aura relevé la tête. Nous entrons dans une grande époque, chers amis. Une époque que nous serons fiers d’avoir vécu et dont nous serons dignes de transmettre l’héritage.  

 

Sur ce, moi je vous dis: vive la philosophie et vive le Québec libéré des ombres de la caverne.