/sports/hockey
Navigation

Le gardien Mike Condon n’a pas lancé la serviette

Mike Condon
Photo AFP Mike Condon

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien gardien du Canadien de Montréal Mike Condon a connu une saison à oublier, ce qui ne l’empêche pas d’aborder le futur avec une attitude positive et beaucoup d’optimisme.

L’Américain de 28 ans s’est retrouvé sur la voie d’évitement chez les Sénateurs d’Ottawa après avoir connu une soirée misérable, le 30 octobre, lors d’un match contre les Coyotes de l’Arizona. Il avait d’ailleurs été l’objet des manchettes télévisées en accordant un but sur une distance d’environ 150 pi. Le lendemain, son nom a été placé au ballottage et il a été rétrogradé au club-école situé à Belleville.

«Si vous mettez les patins sur une glace de la Ligue nationale, c’est votre responsabilité de performer. À l’époque, mon corps n’était pas à point, même si j’étais fort mentalement. Mon physique m’a abandonné», a-t-il dit à la chaîne radiophonique TSN 1200.

Autres ennuis

Toutefois, la situation de Condon ne s’est pas améliorée dans la Ligue américaine. Il a cédé six fois en 23 tirs au cours de sa seule rencontre avec les Senators et a choisi ensuite de prendre une pause afin de régler ses problèmes physiques. Une inflammation sévère à la hanche l’a contraint à suivre un traitement consistant à introduire des cellules provenant de sa région pelvienne à l’intérieur de ladite hanche, à laquelle il avait été opéré en 2011.

Le gardien a tenté un retour sur patins en janvier, sans succès. Ce n’est qu’au début mars que la douleur s’est dissipée. Cette semaine, il a finalement pu s’entraîner avec ses coéquipiers. Même s’il se retrouve derrière Marcus Hogberg et Filip Gustavsson à Belleville, il est heureux d’être simplement sur la patinoire.

«Je me sens très bien et j’avais un sourire dans le visage sur la glace pour la première fois depuis fort longtemps, a-t-il déclaré. C’était mon deuxième entraînement avec les gars et je n’avais pas mal. Il fallait enlever la rouille du système.»

«Les gens vous disent que la patience est une vertu et c’est vrai. Parfois, vous devez retirer votre pied de la pédale d’accélération et laisser votre corps se reposer, a-t-il ajouté. Ce fut frustrant, c’est la plus grande adversité à laquelle j’ai dû faire face au hockey.»

Ne pas tomber plus bas

Maintenant, Condon a l’intention de lutter avec vigueur pour un poste à Ottawa lors du prochain camp des Sénateurs. Il doit toucher 3 millions $ en 2019-2020.

«Je serai un nouveau gardien, une nouvelle personne, a-t-il déclaré. J’aurai plusieurs bons mois de préparation d’ici septembre et je suis excité de voir ce que je serai avec cette autre version de moi-même. Ce sera un nouveau départ avec un cadre différent, un corps et un esprit améliorés. Il n’y aura plus de limite à ce moment-là.»