/opinion/blogs/columnists
Navigation

Ne pas paniquer. Tenir bon. Gagner.

Il ne faut pas céder

POL-LEGAULT-LAICITE
Capture d’écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Pesons nos mots: la guerre est déclarée. Contre le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État, et plus largement, contre le droit du peuple québécois à mettre en place son propre modèle de gestion du religieux dans l’espace public et d’intégration des immigrés, tout est permis. 

C’est une étrange coalition qui se met en place. Elle rassemble l’intelligentsia diversitaire, qui prend sa faiblesse devant l'islamisme pour une forme supérieure de tolérance, la gauche radicale et l’extrême-gauche, les ultrafédéralistes du PLQ et du PLC, certains communautarismes religieux qui s'imaginent que la laïcité est une forme de persécution religieuse et certains courants de pensée qui n’ont jamais cessé de lutter contre toute forme d’affirmation nationale québécoise. Elle s’appuie naturellement sur le gouvernement fédéral qui se demande en ce moment comment il parviendra à mater ce qu’il juge être la rébellion québécoise. 

Les termes les plus odieux sont utilisés pour parler du gouvernement du Québec et des Québécois qui globalement, révéleraient dans cette histoire leur aversion pour la diversité. Les derniers jours étaient à bien des égards hallucinants. Ils sont odieux et nous nazifient. Ils nous accusent de verser dans le nettoyage ethnique. D’institutionnaliser le racisme et les discriminations. Ces accusations ne sont pas seulement insensées: elles sont odieuses.

On serait tenté de rappeler aux détracteurs du projet gouvernemental à quel point le projet de loi 21 est modéré. Mais on comprend que l’hostilité contre la laïcité québécoise vise en fait autre chose. 

Ce qui semble irrecevable, ou même scandaleux, pour les ennemis déclarés du projet de loi 21, c’est que le Québec se conçoive comme une nation à part entière, en droit d’organiser son modèle social à sa manière, et non seulement en province conquise dans le Canada multiculturaliste, acceptant sans le remettre en question l’espace toujours plus étroit dans lequel on veut l’enfermer. 

Dès que le Québec entend fixer lui-même les termes de son destin, notamment en s’éloignant de l’empire intellectuel du monde anglo-saxon, pour renouer avec une quête engagée avec la Révolution tranquille et qu’il nous faut aujourd’hui parachever, celle de la laïcité, il est accusé d’entrer dans une dynamique régressive qui le mettrait au ban de la civilisation. 

La laïcité, qui est une valeur en soi, est devenue, dans notre espace politique, l’autre nom de l’affirmation identitaire du peuple québécois, à laquelle on ne saurait la réduire, toutefois. C’est toutefois en la mettant de l’avant que notre peuple réaffirme aujourd’hui son droit à l’existence politique.

À travers la laïcité, les Québécois cherchent à baliser à leur manière leur espace public, surtout à une époque où les communautarismes religieux cherchent à y empiéter, en le tapissant de leurs symboles. Ils cherchent aussi à forger une figure du commun qui ne se laisse pas réduire à une addition d’individualités blindées dans leurs droits. La laïcité québécoise contribuera, au fil des ans, à rassembler notre société autour d’une référence forte dont elle s’enorgueillira, et qui est pour ceux qui la comprennent un symbole de liberté. 

Oui, c’est bien une guerre qu’on mène contre le Québec, pour qu’il renonce une fois pour toutes à se comporter comme une société distincte, pour qu’il renonce à sa différence culturelle et politique, pour qu’il renonce à son ambition nationale. 

Il y a certes des adversaires légitimes du projet de loi 21: ceux-là remettent en question le projet de loi sans laisser entendre que nous basculons hors du cadre démocratique. C'est parce qu'il les a entendu que le gouvernement est arrivé avec un projet aussi modéré, au point où certains jugent qu'il manque de mordant. Mais nous ne les entendons pas beaucoup. Nous entendons ceux qui ont décidé de transformer ce projet en prétexte pour régler leurs comptes avec le peuple québécois. Et ils continueront de le faire en masquant derrière la référence aux droits de la personne leur désir de casser politiquement le peuple québécois en le soumettant au multiculturalisme canadien. 

On demande au gouvernement de faire un «compromis», mais le compromis a été fait, et c'est justement le projet de loi 21. Devant les attaques délirantes contre le projet gouvernemental, il faut faire et laisser braire. Un peuple ne se relève pas sans subir une pluie de crachats et ceux qui avaient pris l’habitude de nous regarder de haut sont déstabilisés par l’affirmation nationale sereine portée par le gouvernement Legault. 

Alors devant cela, il nous faut éviter de paniquer, tenir bon et gagner. Ce n'est pas au régime canadien à nous dire comment organiser notre société et quelles valeurs mettre en son centre. On aurait envie d’écrire: à partir d’aujourd’hui, demain nous appartient, si seulement on y tient. On aurait envie d’écrire: si seulement on se tient.