/lifestyle/sexromance
Navigation

Sous la couette, quel type d’amante êtes-vous?

2e partie: questionnaire femme

Thin gorgeous woman lays on the floor and handsome man wants to kiss her
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Alors mesdames, êtes-vous prêtes ? Comme vous le savez, la semaine dernière, ce sont les hommes qui se sont prêtés au jeu du test des connaissances. Alors, cette semaine, je vous propose d’en faire autant. Que savez-vous de la sexualité masculine ? Voici des questions et leurs bonnes réponses !

Quiz
Un homme qui vit des pannes érectiles à l’occasion, c’est parce que :

a) l’autre ne l’excite pas

b) il est insensible

c) quelque chose le préoccupe ou il a un ennui quelconque (santé, stress, médication…)

C.
Les pannes érectiles peuvent survenir à tout âge et à n’importe quel moment de la vie sexuelle d’un homme. Trop souvent associée à un manque d’intérêt pour l’autre (possible que ce soit le cas, dans des situations où des difficultés relationnelles occasionnent des troubles, par exemple), la panne occasionnelle d’érection ne signifie pas nécessairement qu’il faut sonner l’alerte ! Toutefois, une problématique récurrente et qui perdure depuis plus de six mois mérite votre attention (consultation).
Un homme qui s’isole pour se masturber dans la salle de bain est :

a) un pervers

b) en manque de sexe

c) à la recherche d’intimité pour le faire

C.
Eh oui, il recherche peut-être une intimité qu’il ne trouve pas autrement et ailleurs dans la maison, simplement ! Toutefois, si en jasant avec votre partenaire vous réalisez que la masturbation se fait au détriment de votre relation intime, par dépit ou autre, il faudrait songer à consulter, peut-être qu’un problème sous-jacent existe.
Les hommes n’ont qu’une zone érogène, leur pénis :

VRAI

FAUX

FAUX et complètement faux !
Effectivement, il serait dommage de croire que seul le pénis est érogène…
Si un homme vit une déficience en testostérone, il :

a) ne saura pas donner d’orgasme

b) perdra sa pomme d’Adam

c) pourra se sentir fatigué, ressentir une diminution de l’intensité de son orgasme, avoir une humeur dépressive, des difficultés de concentration…

C.
La déficience en testostérone chez l’homme provoque une panoplie de symptômes et inconfort. N’hésitez pas à consulter votre médecin si vous vivez plusieurs de ces symptômes, vous pouvez également consulter le site de l’Association des médecins endocrinologues du ­Québec : www.ameq.qc.ca.
Un homme qui éjacule rapidement, c’est :

a) parce qu’il est surexcité

b) parce qu’il pense à autre chose

c) parce qu’il éprouve de la ­difficulté à moduler et à gérer son excitation sexuelle

C.
Une éjaculation qui arrive trop rapidement peut provenir de plusieurs sources : stress, anxiété, difficulté à moduler et à gérer son excitation sexuelle, problèmes relationnels, mais, ultimement, c’est la difficulté à contrôler qui demeure sous-jacente à la problématique. Il est donc important de tenter de comprendre ce qui se passe dans la vie de cet homme afin de pouvoir trouver des solutions adéquates. Apprendre à moduler et à gérer son excitation sexuelle l’aidera grandement à ralentir cette éjaculation prématurée.
Un homme qui consomme de la ­pornographie de façon très ­importante risque de :

a) perdre sa partenaire

b) de devenir pédophile

c) d’avoir des problèmes de libido et/ou des dysfonctions sexuelles ou autres problématiques relationnelles

C.
Le mécanisme de la dépendance au porno était déjà connu des neuroscientifiques. Dans son livre Tous addicts !, le Pr David Linden, de l’université John Hopkins (États-Unis), raconte ce qui se passe dans le cerveau lorsque l’on regarde des images pornographiques : « Les sujets hommes et femmes montrent une forte activation de certains éléments clés du circuit du plaisir ». Notre cerveau aime ça et il en redemande. « La pornographie sur internet, en particulier, est un superstimulant de ce circuit de récompense, en raison probablement de la possibilité de trouver instantanément et de façon ininterrompue des images sexuellement toujours plus excitantes », explique le Dr Matthew Christman, l’un des chercheurs qui ont réalisé l’étude en 2015. Les problèmes reliés à la consommation sont bien réels. Rappel : Méfiez-vous de vouloir tomber dans le sexe de performance ! Avoir de bons résultats de connaissances ne garantit pas d’être promu(e) au rang de bon amant/bonne amante !